DESSIN, GRAPHISME, ÉCRITURE TROIS ACTIVITÉS PROCHES MAIS QUE NI LA PRATIQUE NI LA VOCATION NE PRETE A CONFONDRE, CE QUI N’INTERDIT PAS DES PASSERELLES.

L’écriture de droite est celle d’un enfant de grand section maternelle au tout début de la création de la méthode (vers 2000). On peut déjà remarquer la fluidité du geste.

Le lien intime entre l’écriture et lecture montré au 1er article de cette série souligne la place privilégiée et même exclusive de l’écriture dans le champ de la lecture malgré l’évidente parenté entre dessin, graphisme et écriture.

Cette parenté a longtemps laissé croire à un fil conducteur de dessin à graphisme puis de graphisme à écriture sur le chemin de l’écrit à tel point que l’on disait – et on le dit peut-être encore – qu’il faut toute l’école élémentaire pour apprendre à bien écrire. À force de répéter le dessin des lettres on devrait donc bien arriver à bien écrire. Toutefois, en restant attaché au dessin des lettres, l’enfant risque fort d’avoir du mal à s’exprimer si la transcription dans une graphie correcte reste longtemps sa priorité au détriment de l’élaboration de sa propre pensée.

Un des débats sur l’apprentissage de l’écriture à la maternelle porte sur la différenciation à opérer entre dessin, graphisme et écriture (voir texte de D. Dumont sur le site Bien(!)Lire) écrivait la Cellule de veille de l’INRP en page 4 de son bulletin n° 20 de septembre 2006. Elle faisait référence à cet article-là.

Dessin, graphisme, écriture. Article écrit en 2004 pour le site BienLire Organe du CNDP à l’époque. La terminologie a évolué depuis, par exemple, étrécie a succédé à coupes car le mot rend mieux compte de la façon dont est créée cette forme.

Il s’agit donc de ne pas se tromper d’objectif : dessin, graphisme et écriture sont des activités différentes dans leurs pratiques et leurs objectifs même si des passerelles existent entre les trois.

Vous trouverez l’analyse détaillée d’une fiche de graphisme* extraite d’un cahier d’enfant ici sur mon site en pages personnelles orange de 2005. Ce site présente également plusieurs exemples de rééducation graphique. (Vous retrouverez cette fiche sur le site d’Eduscol qui me l’a récemment empruntée pour illustration.)