Archives par mot-clé : rééducation

Le site des rééducateurs et rééducatrices

Un nouveau site vient d’être créé.  http://reeducateurs-ecriture-daniele-dumont.com/

Afin de vous diriger utilement vers le professionnel dont vous avez besoin pour traiter votre écriture ou celle de votre enfant, ce site  présente et localise les rééducateurs et rééducatrice en écriture méthode Danièle Dumont.

Ce sont des professionnels sont totalement indépendants qui partagent les mêmes valeurs déontologiques, le même point d’honneur à se tenir à jour et à optimiser leurs compétences, le même plaisir d’apporter leur savoir-faire à ceux qui les sollicitent.

Ils se reconnaissent au logo que j’ai spécifiquement déposé  pour cet usage.  Parmi eux des enseignants,  des ergothérapeutes, des psychomotriciens …  tous attentifs à apporter la meilleure aide à ceux qui souffrent de leur écriture.

Logo déposé

Logo déposé

 

Une vidéo Éduscol du processus de création des formes et du processus de formation des lettres

Publiée depuis 2002 dans Le geste d’écriture et les cahiers correspondants,  la modélisation de l’apprentissage de l’écriture en donne pour finalité l’obtention d' »une écriture cursive fluide, claire, lisible, bien disposée dans la page et dans le lignage, autorisant directement l’accès à la fonction sémantique de l’écriture »  (Le geste d’écriture – Méthode d’apprentissage – Cycle 1 – Cycle 2 Éditions Hatier, collection Hatier pédagogie 2003 et rééditions suivantes  page 14,  Le geste d’écriture – Méthode d’apprentissage – Cycle 1 – Cycle 2 – Différenciation et transversalité  Éditions Hatier 2016, collection Enseigner à l’école primaire.) Cf. tableau.

Cette finalité, réaffirmée par Éduscol, n’est pleinement atteinte que si la gestion dynamique de l’espace graphique est réalisée efficacement c’est à dire si les formes sont acquises et aménagées constamment au fil de l’écrit en fonction de leur environnement (exemple le r ne débute pas de la même façon s’il suit un o que s’il suit un e).

Les formes constitutives des lettres sont donc créées et mises en œuvre par le mouvement en même temps qu’il les dépose sur le support pour former les lettres en les aménageant pour une meilleure efficacité, ce qui donne de la fluidité à l’écriture.  Je vous les présente en vidéo sur Éduscol   dans le cadre d’une   présentation de la mise en œuvre de l’enseignement de l’écriture cursive. 

Une fois passées le CP, l’enfant complète son apprentissage avec l’étude des majuscules et doit conserver la qualité de son écriture ou l’améliorer si nécessaire. Vous trouverez chez Nathan un petit ouvrage, Une bonne écriture, choix ou nécessité, qui vise à poser toutes les questions qu’on peut poser sur l’écriture en élémentaire et qui propose de nombreux exercices pour les CE2, CM1, CM2.

Pour terminer cet article, un petit rappel d’un article ancien sur le repérage des anomalies graphiques les plus récurrentes signalé également par Éduscol. Il donne quelques informations sur ce qui peut être pratiqué en classe pour des anomalies simples de l’écriture. Sa lecture ne saurait se substituer à une formation à la rééducation de l’écriture.

Croquet ou hockey ? Que choisir et comment faire à la maison ?

Apprendre à écrire est une action complexe. On croit trop souvent que cela consiste à apprendre à reproduire la forme des lettres. Est-ce parce qu’on confond trop souvent graphisme et écriture ? Quoi qu’il en soit, il faut bien les apprendre aussi les formes : l’écriture est formée de lettres, les lettres sont formées de formes et les formes sont formées par un mouvement, en fait par deux mouvements un qui passe par en bas, un qui passe par en haut. Quand on regarde une écriture manuscrite on voit une succession de contacts courbes des lettres sur la ligne et le tracé s’aménage au-dessus de ces contacts, c’est ainsi que se forment les boucles, les étrécies, les ronds… Le mouvement qui met en œuvre l’écriture ne se fait que de deux façons : celle que je viens de décrire : c’est la 1ère unité  de mouvement, l’autre – qui prend contact avec le haut de l’interligne pour aller vers la droite – c’est la 2ème unité.  La 1ère unité est présente dans toutes les lettres. Elle est donc très importante. Comment commencer à l’enseigner aux enfants tranquillement, en leur donnant envie de participer ?

La nouvelle édition du Geste d’écriture (édition 2016) l’explique et l’illustre. Elle abandonne l’idée du jeu de croquet pour celle du jeu de hockey. Lubie de chercheur ou raisons concrètes ? Je m’en explique dans Le geste d’écriture et en deux mots ci-dessous.

Une maman m’a interpellée à ce sujet tout en me demandant des précisions. Je réponds aux nombreux commentaires faits sur le site directement sous le commentaire  et aux nombreuses questions posées par mail directement par mail. Il arrive parfois cependant que je le fasse sous forme d’article. C’est donc le cas aujourd’hui pour la question posée par cette maman, elle m’écrit :

Je suis en train de (re)lire votre livre « le geste d’écriture » (édition 2006), et je ne comprends pas bien le jeu de croquet que je souhaiterais faire avec mon fils (je préfère le croquet au hockey, car je possède déjà un jeu de croquet et je ne veux pas investir dans un jeu supplémentaire)
Voici mes questions :
– le parcours du point de départ au point d’arrivée est-il droit ou courbe ?
– faut-il aller du point d’attaque au point d’arrivée en un seul coup ?
– Quelle distance prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ?
– Combien d’arceaux prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ?
Pardon pour toutes ces questions, mais j’essaye de bien faire ! Et merci pour vos ouvrages « maternelles » auquel mon fils (MS) prend de plus en plus de plaisir. Après un départ un peu bougon, il est devenu un pro de « la course aux zigzags !

Avant de répondre, je salue la bonne volonté de cette maman et son immense désir de bien faire pour que cet apprentissage se passe bien pour son enfant. L’école maternelle n’étant pas obligatoire, certains enfants reçoivent uniquement de leurs parents l’ensemble des apprentissages premiers. Je tiens toutefois à dire que, sauf dans ce cas et sauf cas spécifique, il me semble souhaitable de laisser aux enseignants le soin d’apprendre aux enfants ce qui relève du domaine de l’école.

Voici ma réponse :

Par ses explications et ses illustrations, la nouvelle édition du geste d’écriture répond à l’ensemble de vos questions. Cette édition, 2016 donc, prend acte des recherches que j’ai menées entre temps (et ajoute différenciation et transversalité, projet en attente depuis 6 ans). Vous verrez des éléments de réponse à vos questionnements ici sur le site : http://legestedecriture.fr/avant-den-arriver-aux-boucles-sur-papier-histoire-dun-pari/ puis en suivant les liens. Vous pouvez également lire cela : http://legestedecriture.fr/des-groupes-petits-ou-inegaux-dans-le-relai-de-hockey/

Pour vous répondre directement, je vous rassure : vous n’avez pas de jeu de hockey, mais vous avez un jeu de croquet ? Pas de problème, votre enfant utilisera le maillet pour pousser le palet. Vous n’avez pas de palet ? Ce qui importe, c’est que vous ayez un objet rectangulaire pas trop haut à faire glisser au sol en le poussant avec le maillet, c’est plus facile à gérer qu’une balle qui roule (d’où le changement entre croquet et hockey). Une boite d’allumettes vide fera l’affaire.

 – Le parcours du point de départ au point d’arrivée est-il droit ou courbe ? L’objectif est d’encoder le mouvement : le mieux est qu’il soit toujours à l’identique, donc le parcours est tout droit.

– Combien d’arceaux prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ? Le jeu de croquet étant transformé en jeu de hockey, il n’y a plus d’arceau.

– Faut-il aller du point d’attaque au point d’arrivée en un seul coup ? Non sinon il n’y a pas la répétitivité nécessaire à l’encodage.

– Quelle distance prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ? L’enfant pousse par petits coups. La distance est la longueur de votre couloir, de sa chambre, de votre séjour, bref du lieu où vous installez le jeu. Pour que le geste soit bien encodé l’enfant va pousser entre 6 et 10 fois le long du trajet voire plus. Vous le chronométrez. Vous convenez d’un nombre de fois et vous notez les progrès. Ce qui importe, ce n’est pas qu’il se précipite, c’est qu’il le fasse bien mais d’un geste spontané. Des vidéos sur internet m’ayant fait découvrir comment peuvent être transformés par incompréhension mes actes de remédiation, puisqu’il s’agit ici d’une remédiation je vous conseille vraiment de démarrer avec l’aide d’une des rééducatrices ou un des rééducateurs de la liste http://legestedecriture.fr/a-votre-service/ . D’autres adresses arriveront en fin d’année.

Les enseignements, pour leur part, trouveront dans Le geste d’écriture 2016, toutes les informations, descriptions et illustrations dont ils peuvent avoir besoin pour saisir tous les tenants et les aboutissants de cette activité (et ils me savent toujours disponible pour leur répondre en cas de besoin complémentaire).

Bravo pour votre valorisation de la course aux zigzags aux yeux de vote fils. Assurez-vous qu’il la fasse bien d’un mouvement des doigts et non d’un mouvement du bras ou du poignet, que son poignet soit bien en contact avec la table, que son avant-bras ne tourne pas autour de son coude et, bien sûr, avant toute chose, que ses doigts soient bien placés sur le crayon.

Les rééducateurs et rééducatrices Méthode Dumont, listés sur le site sont formés pour veiller à tout cela et permettre aux enfants, adolescents ou adultes  d’acquérir une écriture efficace et fluide en remédiant à leurs difficultés.

Nous sommes là, bien sûr, très loin du graphisme… Il s’agit de prendre en compte les spécificités de l’écriture sans introduire de paramètres toxiques.

Formation à la rééducation

PLANNING, CONTENU ET MODE DE FORMATION  Cours de rééducation graphique Danièle Dumont, Cours privé d’enseignement supérieur à distance.

Pour les inscriptions 2016, c’est là.   Pour des exemples de rééducation, c’est là.  Pour un témoignage d’ancienne étudiante, c’est en bas de page.

Les cours de rééducation graphique se répartissent en 5 étapes :

Octobre à janvier :  cours par correspondance – L’observation de l’écriture – construction du savoir à partir des observations réalisées par l’étudiant lui-même

Février à avril : cours par correspondance – Étude des composantes fondamentales de l’écriture, ses trois rythmes : la forme (finalité), l’espace (qui sert de support), le mouvement (qui permet à l’écriture d’exister).

(Mai et juin, révisions)

– Juillet : une semaine de cours oraux

Août à octobre : cours par correspondance – Synthèse des cours – Étude de cas.

Fin octobre : une semaine de cours oraux suivie d’une journée d’examen.

Comme toutes les formations, la formation à la rééducation de l’écriture donne les compétences nécessaires pour exercer.  Ce n’est qu’en exerçant que le rééducateur atteindra le niveau d’excellence qui doit être le sien.

Pour des raisons de déontologie, je me refuse à faire pratiquer la rééducation par des étudiants « pour qu’ils s’exercent ». Nos patients ne sont pas des cobayes et les ratés de la rééducation sont dommageables au plan psychologique. En revanche, mes étudiants bénéficient d’un soutien sans limite dans le temps (car on peut toujours se trouver confronté à un cas particulièrement difficile qui nécessite une réflexion extérieure). Ils bénéficient également chaque année d’un colloque de plusieurs jours avec échanges, ateliers, tables rondes, conférences.

Parce que je crois aux vertus d’une réflexion personnelle, d’un interrogation de ses propres pratiques, j’ai mis au point depuis des années un mode d’enseignement particulier pour les premiers cours : la construction de son propre savoir. Incompatible avec des esprits qui campent sur leurs certitudes et refusent les remises en question, cette pratique est très formatrice. Voici ce que m’en a écrit une étudiante, elle-même enseignante,  après obtention de son certificat :

En ouvrant votre email, mon cœur s’est mis à battre la chamade. Je pense, que de ma vie, une réussite ne m’a jamais fait tant plaisir. Il m’a fallu beaucoup travailler pour parvenir à suivre vos cours. Je me suis jetée à corps perdu dans vos courriers mensuels, passionnée par ces nouveautés, me questionnant en permanence sur le sens de ces nouveaux apprentissages.  Soumise à de nombreux doutes quant à ma pratique de classe, à mon efficacité dans l’enseignement, je devais retrouver confiance en moi par quelques entrées que se soient. Votre voie a été salvatrice. J’ai obtenu des réponses pratiques et professionnelles. J’ai compris que j’avais une capacité de travail qui n’était pas négligeable. Je suis aujourd’hui fière de moi. Je vous remercie de tout ce que vous enseignez d’une façon si constructive pour nos pratiques et nos êtres.

 En début d’année, je présente à mes élèves la courbe émotionnelle de l’apprentissage ( Piaget revisité par Daniel FAVRE). C’est grâce à ma confiance en vous et à ce précepte de Daniel Favre que je ne me suis jamais sentie abattue lors de cette année de cours. Vous êtes certainement le seul professeur que j’ai rencontré aujourd’hui, qui enseigne son savoir avec générosité, bienveillance et finesse. Vous nous ouvrez le champ des possibles : le bonheur d’apprendre.

 Merci Danièle,

Histoire d’un pari. Suite au 20/11

Je vous avais promis de vous tenir au courant.

Nous voici donc à quelques jours seulement du début de l’expérience, si tant est qu’on puisse appeler expérience l’utilisation d’une méthode d’enseignement qui a déjà bien fait ses preuves. La nouveauté, ici, était de condenser en un temps relativement bref tous les enseignements nécessaires pour aboutir à l’écriture cursive avant Noël.

Donc, à la rentrée des vacances de Toussaint, les 26 enfants d’une classe de GS ont commencé ma méthode. Ils ne l’avaient pas du tout abordé jusqu’ici, le maître l’avait découverte pendant les vacances. Ils ont donc, entre autres, préparé sans le savoir la réalisation de la boucle, forme de base de 1ère unité.

Ils viennent aujourd’hui de tracer leurs premières boucles ou, plus précisément, de laisser sur un tableau la trace du mouvement réalisé avec les foulards (cf. Le geste d’écriture – Méthode d’apprentissage Cycle 1 – Cycle 2, page 96). Ce n’est qu’à postériori que les enfants ont découvert que cela faisait des boucles.

Je vous laisse découvrir :

Les yeux fermés, les enfants laissent sur piste verticale, la trace du mouvement qu’ils avaient fait avec un foulard. Nous sommes exactement à 19 jours du tout début des activités préparatoires.

V7-Debut bouclesLa trace du mouvement -  20 décembre. Fille

Trace du mouvement 6 20 novembre - Garçon

Trace du mouvement – 20 novembre – Garçon

 

Avant d’en arriver aux boucles sur papier : histoire d’un pari.

La confusion entre graphisme et écriture est récurrente. L’objectif du graphisme est de produire une trace. L’objectif de l’écriture est de produire du sens. Pour qu’il y ait sens dans l’esprit de celui qui écrit au moment où il écrit, il est indispensable que son esprit ne soit pas focalisé sur le dessin des lettres.

Par voie de conséquence, plus l’enfant automatisera son geste, plus son esprit sera libre pour penser ce qu’il écrit ; plus on focalisera son attention sur le descriptif de la trajectoire du crayon sur le papier, plus on freinera son accès à l’écriture productrice de sens.  Il n’y a écriture que quand l’enfant pense ce qu’il écrit, sinon on se trouve dans un cas de figure analogue à ce que fait le petit enfant lorsqu’il tend un papier à ses parents en demandant « qu’est-ce que j’ai écrit ? »

On ne le dira jamais assez : écrire, ce n’est pas reproduire des lettres, écrire, c’est produire du sens en faisant un mouvement qui laisse sur un papier une trace codifiée non symbolique.  Produire du sens en pensant ce sens au fur et à mesure, pas à ce sens en général.  C’est bien différent de traces qui ne génèrent le sens que dans l’esprit de l’enseignant qui montre  »le modèle à reproduire ».

Donc pour que l’esprit soit libéré de l’attention portée à la trace elle-même, il faut que la production de cette trace soit automatisée.  C’est donc le geste qui doit être travaillé, le geste producteur de la boucle et pas celui qui suit la trajectoire d‘une boucle.

Avec un enseignant qui a découvert ma méthode tout dernièrement, nous nous sommes fait le pari de faire écrire au moins  »le » et  »elle’ a ses élèves de GS pour Noël, et peut-être même d’en être arrivé aux formes rondes. L’ambition est, après avoir démarré la méthode au retour des vacances de Toussaint, arriver à faire écrire des mots contenant presque toutes les lettres de 1ère unité* pour Noël : e, l, i, u, t, c et, si possible en plus o, a et d (*sauf le f, lettre plus difficile à cause de sa boucle inférieure).  C’est un pari très ambitieux car il commence à zéro et le temps est bien court.  (Pour e et l et même pour i, u et sans doute t ça devrait pouvoir aller, pour les lettres rondes, on ne sait pas… la suite nous le dira)

Donc les enfants font tous les jours un relai en poussant un palet avec une crosse de hockey.  Ils sont répartis en 4 équipes. Pour l’instant ils sont ravis, ça marche merveilleusement bien. Dans quelques jours, c’est le passage au jeu de foulards. Nous croisons les doigts.

Dans la même période les enfants s’activent à la tenue et au maniement du crayon, à la gestion statique de l’espace graphique…

Je vous tiendrai au courant de la progression et si ça marche bien je vous (re)donnerai la règle du jeu et aussi une astuce pour le fonctionnement en petits groupes ou en groupes inégaux.

A bientôt pour la suite.

Parions aussi que ceux-là n’auront pas besoin de rééducation plus tard.

Doit-on utiliser le métalangage pour expliquer la formation des lettres aux enfants ?

Une enseignante me pose la question suivante :

Je suis enseignante en grande section. J’ai acheté il y a quelques années deux de vos ouvrages « le geste d’écriture » et le premier cahier d’écriture (ancienne édition malheureusement). J’ai assisté à votre conférence à Evreux mercredi 30 septembre dernier. Cela m’a beaucoup éclairé et j’ai entrepris de revoir complètement ma façon d’aborder l’apprentissage de l’écriture cursive. Toutefois, je m’interroge : doit-on apprendre aux élèves les termes « étrécie, jambage bouclé… » et les employer pour verbaliser la formation des lettres lorsqu’ils écrivent un mot ? Je sais que l’écriture doit produire du sens et qu’il est de ce fait inutile de leur faire écrire des lignes de lettres ou enchaîner les fiches de graphismes ou même indiquer le sens des tracés. Mais comment alors, prendre appui sur les formes de bases et ses dérivées sans leur expliquer qu’un « a » par exemple est formé d’un rond et d’une étrécie ?

Merci par avance pour vos précisions et également pour tous vos travaux qui constituent de véritables outils pour nous aider à faire progresser nos élèves.

Ma réponse à cette question pédagogiquement fondamentale
Merci pour votre message.
« Doit-on apprendre aux élèves les termes « étrécie, jambage bouclé… » et les employer pour verbaliser la formation des lettres lorsqu’ils écrivent un mot ? » me demandez-vous.
Doit-on apprendre aux élèves les termes « étrécie, jambage bouclé… » ? Oui. c’est le nom des formes qui servent à construire les lettres. Si les enfants connaissent ces formes, ils les verront dans les lettres ; s’ils apprennent comment est constituée chaque lettre ils sauront l’identifier dans les mots.
En revanche les employer pour verbaliser la formation des lettres lorsqu’ils écrivent un mot ? Non. Comme vous l’écrivez ensuite, l’écriture doit produire du sens. Donc si je décris la formation des lettres quand j’écris, c’est à dire si je dis « une grande boucle, une petite boucle, une grande boucle, une petite étrécie, une grande étrécie » lorsque j’écris, je ne peux pas penser en même temps ce que j’écris.
Si je verbalise la formation des lettres, je dis « je pars de…, je monte jusqu’à…, je tourne de tel côté etc. » alors non seulement j’évacue le sens de l’écrit, mais j’évacue aussi la compréhension de la formation des lettres. (cf. Oraliser, verbaliser, nommer )

La question est : « comment alors, prendre appui sur les formes de bases et leurs dérivées sans leur expliquer qu’un « a » par exemple est formé d’un rond et d’une étrécie ? » Lorsqu’on leur apprend la formation de chaque lettre on l’explique aux enfants : ainsi la lettre »a » est effectivement formée d’un rond fermé par une petite étrécie. Il me semble important que l’enfant ne confonde pas la lettre et la ou les formes constitutives de la lettre.
Ensuite, une fois que la lettre est intégrée dans un mot, c’est le mot qui prime, donc le sens qu’il véhicule et que véhicule le discours entier (phrase ou texte)
Le poster du processus de formation des lettres montre comment prendre appui sur les formes de base et leurs dérivées pour construire les lettres. Je vous suggère de l’utiliser en utilisant des caches que vous découvrirez progressivement.

Conférences, cours et ateliers Année scolaire 2015/2016

Suite aux très nombreuses demandes de renseignements qui me sont faites sur les dates et lieux de mes formations, j’ai décidé cette année de publier mon calendrier. Ne figurent ici que les dates fermes.  D’autres dates sont pressenties en France métropolitaine et en Tunisie. Des dates sont à venir pour le Maroc.

N’hésitez pas à revenir pour vous tenir informé-e et à poser vos questions. Je vous répondrai soit sur le site soit en privé selon votre demande.

Pour les formations de l’année scolaire 2016/2017, c’est ici.

Pour vous inscrire,

– si vous êtes en école publique adressez-vous à votre circonscription,

– si vous êtes en école privée adressez-vous à votre chef d’établissement ou directement à Formiris/Formélie

– et si vous êtes un groupe informel d’enseignants contactez-moi directement j’étudierai la possibilité d’organiser un atelier ou une conférence (selon la salle disponible) au mieux de vos intérêts.

ANNÉE SCOLAIRE 2015/2016

SEPTEMBRE

Mercredi 23 septembre PARIS

Mercredi 30 septembre EVREUX

OCTOBRE

Mercredi 7 octobre MENDE

Mardi 13 octobre VEZERONCE

Mercredi 14 octobre L’ISLE D’ABEAU

Les 17 et 18 octobre + en cours du soir du 19 au 24 Cours de rééducation spécial écriture arabe

Du 19 au 24 octobre Cours de rééducation graphique session 2014/2015

NOVEMBRE

Mercredi 4 novembre WISSEMBOURG 

Mercredi 11 novembre férié

Mercredi 18 novembre MENDE

Lundi 23, mardi 24 novembre STRASBOURG

Mercredi 25 novembre WISSEMBOURG

Du vendredi 27 novembre au mardi 8 décembre                          10 conférences/formations sur l’île de LA RÉUNION

Vendredi 27 novembre BRAS PANON  16 h / 18 h

Samedi 28 novembre TAMPON  8 h 30 / 11 h 30

Lundi 30 novembre matin SAINT-DENIS  (équipes de circonscriptions)  9 h 11 h

Lundi 30 novembre  après-midi  SAINT-ANDRE  16 h / 18 h

DÉCEMBRE

Mardi 1er décembre LE PORT   15 h 45 : 17 h 45

Jeudi 3 décembre SAINT-PAUL  15 h 30 / 17 h 30

Vendredi 4 décembre  PIERREFONDS  13 h 30 / 16 h 30

Samedi 5 décembre SAINT-JOSEPH

Lundi 7 décembre SAINT-DENIS

Mardi 8 décembre SAINT-DENIS

Mercredi 9 décembre, retour en métropole

Mercredi 16 décembre L’ISLE D’ABEAU

JANVIER

Du mardi 12 au samedi 16 janvier LA MARSA (TUNISIE)

Mercredi 20 janvier PARIS

FÉVRIER

De préférence, les formations sont évitées en février.

MARS

Mercredi 2 mars LE MANS (72 100)

Mercredi 9, jeudi 10 et vendredi 11mars 47440 SAINT-ANDRÉ,  ILE DE LA RÉUNION

Mercredi 16, jeudi 17 et vendredi 18  mars SAINT-LOUIS, 97450, ILE DE LA RÉUNION

AVRIL

Samedi 2 avril SAINT-SEBASTIEN-SUR-LOIRE  (44 190)

Lundi 4 et mardi 5 avril LEGÉ  (44 650)

Mercredi 6 avril RUEIL MALMAISON 14 h 18 H (Centre Culturel l’Athénée,  2 avenue Alsace Lorraine RER A) Voir ici ou ici .

Du mercredi 13 avril à 14 h au mercredi 20 avril à 14 h Colloque annuel des rééducateurs et rééducatrices en écriture – Méthode Dumont

Lundi 25 avril AYDAT (63970)

MAI

Mercredi 18 mai  CONTRES sur LOIRE (41700)

Mercredi 25 mai CARCASSONNE (11 090)

JUIN

 

JUILLET

Dimanche 3, mardi 4, mercredi 5 juillet Agoras au congrès de l’AGEEM

Vendredi 8, samedi 9, dimanche 10, lundi 11 et au mardi 12 juillet Cours de rééducation graphique, session 2015/2016

Pour les cours de rééducation graphique, veuillez  adresser directement vos demandes à :

Cours de rééducation graphique Danièle DUMONT,  Cours privé d’enseignement supérieur à distance,                                                                           8 rue Ferdinand de Lesseps 21000 DIJON                                                           La session 2015/2016 commence au 15 octobre 2015.                               Les pré-inscriptions pour la session 2016/2017 seront prises à partir de février. Les réponses aux demandes seront envoyées fin mai ou début juin.

Attention aux contrefaçons qui commencent à sévir sur la toile et font des dégâts !

La forme et le geste

L’écriture est le produit d’un geste.

– Ce qui intéresse celui qui lit, c’est le produit fini, la trace sur le papier, pas le geste qui a été fait pour laisser la trace.

– Ce qui intéresse le rééducateur, c’est la mise en place de ce geste pour améliorer la qualité de la production et permettre qu’il ne soit plus, par ses hésitations ou ses perturbations, un frein à l’écriture fluide et présentable de la pensée.

– Ce qui intéresse l’enseignant, c’est d’avoir les moyens de donner à l’enfant un geste graphique fluide de telle façon que le geste d’écriture soit pour lui un véritable moyen de communication et d’expression.

Dans toutes ces perspectives, nous parlons bien du geste et non des gestes.  En effet, il ne s’agit pas de considérer des gestes qui se juxtaposeraient mais bien le geste d’écriture dans son ensemble, dans ce qui fait son essence et sa spécificité.

En conséquence l’écriture n’est pas constituée d’une somme de gestes (qui fonctionneraient comme une addition) mais bien d’un ensemble dont les éléments sont indissociables.  Il ne faut pas confondre le geste (qui est l’ensemble, le tout), le processus de création des formes qui explique comment les formes dérivent les unes des autres, le processus de formation des lettres qui explique comment les formes s’articulent pour former des lettres. Néanmoins les formes constitutives des lettres peuvent être isolées pour la démonstration.  Elles sont au nombre de sept : deux formes de base (une pour chacune des deux unités de mouvement, celle qui « passe par en bas » et celle qui « passe par en haut » pour aller vers la droite), deux dérivées de chacune des formes de base et une dérivée secondaire. (Les différences de dimension sont obtenues en dépliant les doigts pour les formes qui montent au-dessus du premier interligne et en les repliant dans la main pour celles qui passent sous la ligne)

La processus de formation des lettres - Extrait

La processus de formation des lettres – Extrait

 

 

 

 

 

Apprendre à écrire, c’est apprendre à tenir et manier son crayon de telle sorte qu’en mobilisant deux unités de mouvement on puisse produire des formes qui s’agencent en lettres formant des mots qui font sens au fur et à mesure pour celui qui écrit et qui feront sens en différé pour celui qui lira ce qui est écrit.

On peut lire aussi :

forme, geste et rééducation.

Pour connaître les nouvelles publications, c’est ici.

 

Trois questions majeures au sujet de l’écriture manuscrite

Dans quelques jours c’est la rentrée. Cette année comme les précédentes n’échappera pas aux nombreuses questions sur l’écriture manuscrite. Et reviendront les trois questions majeures sur son enseignement.  Je vous propose quelques pistes pour y réfléchir.

Pourquoi apprendre à écrire  de sa main ?

Depuis longtemps tous les documents officiels sont imprimés. MAIS pour qu’ils aient de la valeur, nombre d’entre eux doivent être complétés d’une mention manuscrite : Lu et approuvé, Bon pour pouvoir, Bon pour solde de tout compte, ou encore des textes de plusieurs lignes lorsqu’il s’agit de se porter caution pour un loyer ou de témoigner en justice par exemple, mais pas seulement.

Sans écriture manuscrite impossible donc d’accomplir de nombreux actes simples de la vie sociale.

Celui qui n’écrit pas de sa main a donc besoin d’assistance pour les accomplir. Ne pas apprendre à un enfant à écrire de sa main en fait un futur handicapé social : celui qui n’écrit pas de sa main*  ne peut pas être à part entière un citoyen autonome. ( *de ses coudes, de son pied ou de sa bouche, bien évidemment pour les quelques personnes que la vie a privé de main)

Pourquoi apprendre à écrire correctement ?

Pour être efficace, l’écriture doit être lisible sinon elle ne remplit pas son rôle. A quoi sert d’écrire si personne n’arrive à vous lire ? La réplique habituelle est que beaucoup de médecins sont illisibles. Certes. Mais que ferait de l’ordonnance un pharmacien qui ne connaitrait ni le nom ni les propriétés des médicaments ? Il lui serait impossible de la déchiffrer. Écrire pour que seuls ceux qui connaissent très bien le sujet puissent lire n’a qu’un intérêt très limité. Pour être pleinement un acte de communication sociale, l’écriture doit être lisible. Bien que la pratique déforme naturellement l’écriture au fil de l’adolescence et des débuts dans la vie d’adulte, apprendre à écrire correctement depuis le début favorise la lisibilité quel que soit l’âge.

Pour être efficace, l’écriture doit être rapide. S’appliquer à tracer chaque lettre l’une après l’autre prend du temps et fait parfois perdre le fil de sa pensée. Comment prendre note de ce qu’on entend si on le fait trop lentement ? Comment ne pas agacer son interlocuteur si on met trop de temps à écrire devant lui ? La calligraphie est d’abord un art. L’écriture est d’abord un moyen de communication. Pour être efficace, l’écriture doit donc être réalisée dans les conditions normales de la communication.

Pour remplir correctement son rôle de moyen de communication, l’écriture doit pouvoir être présentable. Chacun adapte son comportement, sa présentation, ses attitudes pour se sentir à l’aise dans une relation. Il en va de même pour son écriture. Il y a l’écriture des brouillons, celle des notes prises à la volée pour soi, celle d’un papier écrit pour un ami, celle aussi qu’on peut laisser dans une boite à lettres pour signaler son passage à un client sans se sentir mal à l’aise.

Pourquoi apprendre correctement à écrire ?

L’objectif de l’écriture manuscrite est de laisser une trace personnelle de sa pensée (quel qu’en soit l’objet). C’est un moyen de communication différée. Écrire c’est donc tout d’abord produire du sens.  En toute petite section, en PS, et au début de la MS l’enfant ne produit pas encore du sens en écrivant de sa main. Il apprend ce qui lui servira à écrire correctement : tenue et maniement du crayon, tenue de la ligne, respect des proportions, sens de déroulement de ce qui sera très bientôt l’écriture. Muni de tout ce qu’il faut pour pouvoir techniquement écrire correctement  et ayant été abondamment confronté à l’écrit, l’enfant va alors pourvoir commencer à écrire. Il va découvrir peu à peu chaque lettre,  de quelle(s) forme(s) elle est composée, comment elle s’enchaîne aux autres déjà apprises, mais immédiatement il va utiliser cette lettre pour « produire du sens », c’est à dire écrire, écrire en réfléchissant à ce qu’il écrit et non dessiner des lettres.

En effet, puisqu’écrire c’est produire du sens,  au fur et à mesure qu’on écrit on pense ce qu’on écrit, on ne pense pas au cheminement du crayon sur le papier. Pour qu’il y ait écriture, il faut donc qu’il y ait réflexion. Et cela dès le début (sinon il s’agit d’un dessin de lettres). On comprendra donc l’avantage qu’il y a de mettre l’enfant en situation de réfléchir à ce qu’il veut écrire avant d’écrire et de penser ce qu’il écrit au fur et à mesure qu’il écrit.

Il s’agit donc pour l’enfant , non plus de réfléchir à la façon dont il va tracer les lettres (il l’aura fait à la découverte de la lettre), mais de réfléchir à ce qu’il veut dire. Réfléchir à ce qu’il veut dire, ce n’est pas participer (ou pas, d’ailleurs, car il peut être distrait) à une réflexion collective sur ce que la classe veut exprimer, mais bien réfléchir seul à ce qu’il a l’intention de dire, lui. Apprendre correctement à un enfant à écrire, c’est lui apprendre non pas qu’on tourne à droite ou à gauche, qu’on monte ou qu’on descend pour écrire tel mot choisi collectivement, c’est, après lui avoir appris ce qui lui servira à écrire correctement, lui demander d’écrire en réfléchissant. Au tout début, la réflexion est limitée car les possibilités sont réduites, il ne connait que peu de lettres et il lui faut le temps de s’habituer à ce nouveau savoir-faire, mais très vite l’enfant va avoir compris comment fonctionne l’écriture et comment écrire en utilisant ce qu’il savait déjà et ce qu’il vient d’apprendre.

Apprendre correctement à écrire favorise l’autonomie de pensée en la libérant d’une part de la focalisation sur le geste, d’autre part de l’attachement systématique et obligatoire à une réponse collective.

Pour résumer d’une phrase, je dirais que : apprendre à écrire de sa main, apprendre à écrire correctement et apprendre correctement à écrire favorisent l’autonomie dans les démarches de la vie sociale, l’adaptation au contexte relationnel et l’autonomie de pensée.

Je n’aborde pas là la question fondamentale de la liberté d’expression et de communication face au numérique ; je l’ai développée dans un article dédié uniquement à la question :

 L‘écriture manuscrite et le numérique : nécessité et intimité de l’écriture manuscrite.

On peut lire aussi  :

l’école face à ses objectifs.

la place d’un enseignement structuré de l’écriture dans la prévention de l’illettrisme

On peut lire encore :

forme, geste et rééducation.

et pour visualiser les formes constitutives de l’écriture :

la forme et le geste.