Archives par mot-clé : écrire

Voyelles, consonnes et… ? Réflexion sur la terminologie

Devant les difficultés de certains enfants, la question de l’écoute des consonnes mérite d’être soulevée.

Les faits existent. On peut les accepter, s’en accommoder, les nier. On ne peut pas les supprimer.  Je ne vais pas me lancer dans une théorie détaillée d’autres l’ont fait bien avant moi . Pour des détails fournis on peut voir là  ou là ou encore sur bien d’autres sites,  celui-ci encore…  Je veux juste parler de choses simples. Lorsque je parle, l’air sort de ma bouche librement, ou bien il est entièrement bloqué, ou bien il est entravé.  Lorsqu’il sort librement on produit une voyelle. Tout le monde est d’accord là-dessus.  Le reste est appelé « consonne ». (J’élude la question des semi-…  voyelles ou consonnes. On me le pardonnera je pense.) C’est dans ce regroupement du « reste » que les problèmes apparaissent : certaines « consonnes » laissent passer un peu l’air on peut les entendre (par exemple ssssss). D’autres ne le laissent pas passer du tout, et c’est là que commencent les problèmes.

Je propose donc les distinctions suivantes :

Voyelle = qui porte la voix
Consonne = cum-sonare = qui sonne avec, donc qui ne peut pas sonner sans… (le mot « consonne » existe depuis longtemps, mais je souhaite revenir sur son application stricto sensu à tout ce que nous appelons des « consonnes ».
Solsonne = solus-sonare = qui sonne seule.

Je reprends dans un autre ordre :

La voyelle porte la voix : j’ouvre la bouche et je fais aaaaa, ooooo etc.
La solsonne « sonne seule » : je ferme un peu la bouche et je fais sssssss,   zzzzzzz, etc.
La consonne … ne peut « sonne » qu’avec :

Pour prononcer la lettre p je ferme d’abord la bouche puis… je l’ouvre pour prononcer la lettre. Mais quand je l’ouvre l’air sort, donc la voix sort donc je prononce une voyelle et ça fait : pe, pa, pi etc.

Je peux aussi ouvrir la bouche mais pas trop. Seulement, pour prononcer la lettre, il faut « débloquer le son » comme quand j’ouvre la bouche pour faire ta, et ça fait par exemple ts ou tz

En résumé :

– Je peux dire : aaaaaaaaaaaaaa en continue, donc sans marquer de temps d’arrêt : a porte la voix, c’est une voyelle
– je peux dire : ssssssssssssss idem : s sonne seule, c’est une solsonne
– mais je ne peux pas dire tttttttttttttttttttttttttt sans marquer un arrêt entre les t : t ne peux pas sonner seul, c’est une consonne.
– Je peux faire aaaaaaaaaaaa, sssssssssssssss, taaaaaaaaa, tsaaaaaaaaa, mais pas tttttttttttttttttttt

 Voir aussi sur le sujet le lien avec la pédagogie Montessori 

La boucle, le jeu de hockey et les gauchers

Dans toutes les lettres de notre alphabet il existe au moins un tracé qui se dirige vers la droite par un mouvement concave (y compris les m et n puisqu’ils se terminent en tournant vers la droite pour toucher la ligne).  Ce mouvement est donc essentiel pour écrire, donc pour apprendre à écrire.  (Au tout début de l’écriture il sert à écrire des e, des l, des i …)

Pour enseigner ce mouvement j’ai inventé un relais de hockey   pratique plus efficace que le jeu de croquet que je proposais précédemment mais qui se fondait sur les mêmes principes.

La question m’a été posée de savoir si ce jeu ne posait pas problème aux gauchers. Voici ma réponse.

Ayant le même objectif que les droitiers (encoder la 1ère unité de mouvement – qui sera utilisée plus tard dans l’écriture de toutes les lettres cursives sans exception) les gauchers suivent la même règle du jeu que les droitiers : ils se placent au même endroit et frappent dans le même sens.

Ils font donc « pareil »…  mais différemment.

« Pareil » parce que c’est la même règle du jeu. « Différemment » parce qu’ils sont gauchers donc on ne va pas leur faire faire des gestes de droitiers. C’est la même chose lorsqu’ils écrivent : on tient compte du fait qu’ils utilisent la main, donc le bras, gauche et on leur fait avancer un peu plus leur bras sur la table que le fait le droitier. Le geste n’est pas exactement le même mais le déroulement de l’écriture reste le même.

Donc, pour le jeu de hockey, le gaucher se placera comme le droitier sur le tapis, la piste à sa gauche, il se tournera pour poser le palet  sur la piste entre les deux rangées de tapis comme le droitier. En revanche, tandis que le droitier restera plus ou moins face à la piste, le gaucher se tournera plus ou moins vers le lieu où il va diriger son palet afin que son épaule gauche pivote pour pousser le palet (alors que l’épaule du droitier « s’ouvre » plus précisément fait écarter son bras du corps.) Il sera ainsi  dans une position confortable ; à l’inverse du droitier, sa main droite sera en haut pour servir d’appui, de pivot, et sa main gauche sera en bas pour assurer le mouvement de balancier nécessaire pour pousser le palet.

L’enfant comprend bien que la règle d’un jeu s’applique au jeu en question et que, pour d’autres jeux il y a d’autres règles. La progression des activités : relais de hockey, mime du relais avec le foulard, jeu de foulard, trace du mouvement sur plan vertical lui fait situer à posteriori cet apprentissage dans la préparation à l’écriture.

Cela ne change rien au fait que dans d’autres jeux, y compris le hockey qui suit la règle traditionnelle ou une autre règle, il agira en fonction de son sens de déroulement habituel : de la droite vers la gauche.

Cette préparation à l’écriture n’est pas plus perturbante que de faire écrire un enfant gaucher au tableau. Les programmes moteurs s’adaptent instinctivement.

Pour que l’enfant comprenne ce qu’il doit faire, l’enseignant montre l’activité sans pour autant faire une démonstration explicite de la façon  de placer ses mains (sauf exception) ni pour le gaucher, ni pour le droitier, sauf si cela s’avère nécessaire. Certains actes sont instinctifs, naturels l’enseignant n’a pas à intervenir à ce sujet.

Pour comprendre qu’il n’y a pas de risques, il suffit de regarder les barres de t d’un gaucher : sauf s’il a été brimé par un enseignant rigide, le gaucher, qui pourtant a appris à écrire de gauche à droite, trace les barres de t de droite à gauche alors que personne ne lui a dit de le faire.  Il suit « la règle du jeu » de l’écriture mais revient à sa propre façon de faire en dehors de cette règle (soulignements, traits de séparation, figures géométriques etc.).

Nécessité de l’écriture manuscrite

En 2015, la Mission Laïque Française me demandait une conférence dans le cadre de son congrès sur  le numérique sur le thème de Communication, citoyenneté, autonomie.

Le thème qu’il m’avait été demandé de traiter était :

NÉCESSITÉ ET INTIMITÉ DE L’ÉCRITURE MANUSCRITE

Quelle que soit la façon dont on comprend cet intitulé, on perçoit bien qu’il aborde deux champs qui peuvent se révéler contradictoires : d’un côté ce dont on a absolument besoin pour une fin donnée, c’est à dire ce dont la nécessité se fait impérativement sentir ; de l’autre ce qui est du domaine de l’espace privé, profond, personnel.

Ce n’est qu’en allant plus loin dans la compréhension de ces deux termes que s’en dégagent des lectures diversifiées. J’en retiendrai deux :

  • Nécessité et intimité de l’écriture manuscrite par opposition à l’écriture numérique, autrement dit à l’heure du numérique l’écriture manuscrite a-t-elle encore sa place, est-elle encore nécessaire et en quoi l’intimité est-elle partie prenante dans son usage ?
  • Nécessité et intimité de l’écriture manuscrite en elle-même, autrement dit observation de la dialectique entre ce qui est nécessaire pour que l’écriture manuscrite soit ce qu’elle est et ce qui relève du profond, du privé, de l’intime dans sa réalisation.

Au sujet de l’apprentissage de l’écriture au clavier, on peut voir en complément la vidéo de Jean-Luc Velay 

Voici donc, dans le cadre étendu du congrès de la MLF tenu en 2015 sur le thème du numérique, le développement de ces deux approches : Nécessité et intimité de l’écriture manuscrite

 

 

 

 

L’organisation et le fonctionnement du système d’écriture cursive.

Le système d’écriture. C’est une expression qui parle à tout le monde. A y regarder de plus près on s’aperçoit que la plupart du temps on entend par là : le système alphabétique ou son équivalent en tant que signes qui permettront que l’écrit soit porteur de sens dans les langues non alphabétiques. Et bien souvent, ce n’est même pas de l’étude du système qu’il s’agit en ce qui concerne l’écriture alphabétique mais juste l’énoncé de la suite des lettres dans l’ordre l’alphabet ou classées par « familles de lettres ».  Mais ce n’est pas des lettres que je souhaite vous parler aujourd’hui, c’est du système dans lequel elles prennent vie. Les lettres, ce sera pour une autre fois.

Je viens donc de mettre en ligne la présentation du système d’écriture, c’est là sur youtube. 

Bon visionnage !

Une bonne nouvelle pour l’utilisation de la police de caractères Cursive Dumont maternelle

Lors de la sortie de la police de caractères Cursive Dumont maternelle, nous avions précisé que le fonctionnement de la police est lié à celui des variantes contextuelles de la technologie Open Type.  A ce sujet nous avions déploré que Libre office ne mette pas encore en œuvre les variantes contextuelles. Mais voilà qui est fait :  La version de Libre Office qui fera fonctionner correctement la police est en cours de finalisation. Elle devrait être disponible très rapidement (Version 5.3). Pour information, voici le lien de téléchargement de Libre Office version 5.3.0 beta 2. , la version d’essai.

La rectification a été faite dans le descriptif . 

 

 

La modélisation est en ligne

De nombreuses publications en ligne se réfèrent à mes propositions pédagogiques.  Parmi elles, certaines publient la modélisation de l’apprentissage de l’écriture en l’amputant d’une colonne.  Croyant simplifier elles dénaturent et le tableau perd sa fonction modélisante, autrement dit sa fonction de trame.

J’ai donc décidé de mettre ce tableau en ligne sous forme d’une vidéo explicative.  Si vous êtes un-e fidèle du site vous en avez déjà lu la présentation.  La vidéo offre l’avantage de pouvoir être plus explicative.  Bien sûr, vous retrouverez cette modélisation en détail dans Le geste d’écriture, édition 2016 (et également dans les éditions précédentes).

Voici donc (hormis celle qui est sur Eduscol) la 1ère vidéo sur la méthode Dumont

 

 

Une nouvelle comptine

Je reçois ce jour un double message fort intéressant.  Sa première partie propose une comptine.

Bonjour Madame Dumont.
J’ai assisté à une de vos conférences et acheté votre dernier livre. Merci pour ce travail qui éclaire ce qu’est notre écriture et comment l’enseigner.
Je voudrais apporter ma pierre à l’édifice. J’ai créé une comptine pour ramener au calme. Elle n’a pas d’air (ce n’est pas une chanson). Mais il faut marquer les syllabes régulièrement, avec la voix, avec les mains ou les pieds pour obtenir une pulsation.
La voici :

Je sais parler tout bas
zoum et zoum et raplapla
Je sais bien chuchoter
zoum et zoum et tasse de thé
Je sais surtout me taire
zoum et zoum et pomme de terre.

On peut l’associer à des gestes si on ne tape pas dans les mains : mains à plat l’une contre l’autre pour le raplapla, faire semblant de se servir du thé pour le deuxième vers et mettre un doigt devant la bouche pour la fin.
On peut dire cette comptine (le terme est ici approprié puisqu’elle permet de compter le temps en durées égales) lentement ou rapidement : on fait ainsi varier le tempo.
Elle est de plus efficace pour ramener le calme, recentrer les élèves.
Elle est de ma part un hommage à Louis Prima (zoum et zoum).

Cordialement,

Stéphane Lebrun (instit de maternelle MS)

Je trouve votre petite comptine tout à fait ravissante. C’est un bon étayage du rythme d’espace qui sert à apprendre à tenir la ligne et à gérer l’espace sur l’horizontale. Je proposerais la gestuelle suivante :

Je sais parler tout bas  on met les mains en porte-voix
zoum et zoum et raplapla on frappe dans les mains
Je sais bien chuchoter on met les mains en porte-voix
zoum et zoum et tasse de thé  on frappe dans les mains
Je sais surtout me taire on met un doigt devant la boucle
zoum et zoum et pomme de terre. on fait semblant de frapper dans les mains

Elle me semble effectivement particulièrement propice à ramener le calme et à recentrer l’attention.

En ce qui concerne son usage en étayage de la gestion statique de l’espace graphique, on pratique ensuite comme il est indiqué pour l’ensemble des comptines : frappes sur la table, frappes sur la table en avançant vers la droite, taches de peinture à l’éponge.

Merci Stéphane pour ce partage

 

L’écriture des chiffres

Je reçois aujourd’hui cette question :

Je suis enseignante en CP. Je vous remercie pour votre ouvrage et vos cahiers d’écriture qui m’éclairent énormément. Cependant à ce jour, je m’interroge toujours sur le pourquoi les élèves écrivent pour certains systématiquement ou de façon épisodique leurs chiffres en écriture miroir? A quoi cela est-il dû? comment combattre ce défaut?
Merci beaucoup pour votre aide à ce sujet.

Outre l’astuce que j’ai déjà eu l’occasion de donner, voici la réponse que je peux apporter à cette question récurrente :

Je n’ai pas de réponse à votre première question : Pourquoi certains enfants écrivent-ils les chiffres en miroir ? Peut-être une réponse à la deuxième. Si on commence l’écriture en CP en montrant aux enfants le processus de création des formes et le processus de formation des lettres (poster Hatier) ils repèreront mieux la forme des lettres et, de ce fait, les écriront mieux. Il est fort possible alors que si, ensuite, on attire leur attention sur la formation des chiffres les enfants en mémoriseront mieux le sens. Comme nous ne sommes encore qu’en début d’année, je vous suggère de leur présenter ces processus sur le poster  (cf. la vidéo publiée sur Eduscol en la suivant à partir de cet article-ci <a href= »http://legestedecriture.fr/une-video-eduscol-du-processus-de-creation-des-formes-et-du-processus-de-formation-des-lettres/ » title= »vidéo » target= »_blank » rel= »nofollow »></a>).

Montrez bien les formes et la forme des lettres dans l’ordre du poster en leur expliquant comment ça marche (cf. explication du principe de dérivation – voir Le geste d’écriture éd. 2016). Reprenez ensuite tous les chiffres qu’ils ont appris en attirant leur attention sur leur sens de déroulement et dites-moi ce que cela donne  avant les vacances de Toussaint, puis une semaine après. Merci

Comment commencer avec les 3 ans ?

Une enseignante m’écrit :  Nous allons travailler lors de la prochaine période sur les activités artistiques et les graphismes,  que me conseillez vous pour débuter avec les 3 ans ? 
Voici donc ma réponse :

Un mot rapide sur les graphismes. Tels que je les comprends à travers tout ce qui s’en dit, se pratique et se conseille, le graphisme (fiches de graphisme) ne sert à rien d’autre qu’à faire croire à l’enseignant qu’il commence par là à apprendre à écrire à l’enfant. En ce sens, il est inutile, car sans lien avec l’écriture, sans aucun intérêt et propre à faire repoussoir ou à induire en erreur  l’enfant qui cherchera ensuite à les appliquer pour écrire, ce qui sera contreproductif. Je ne développe pas plus ici.

Les activités artistiques et les graphismes étant associés dans la question, je réponds uniquement sur ce qui, dans les activités artistiques participe de la préparation à ‘écriture.

Que faire pour débuter ?

Plutôt que de faire un long article amplement détaillé je synthétise et renvoie à la lecture du livre Le geste d’écriture Méthode d’apprentissage – Cycle 1, cycle 2 – Différenciation et transversalité (édition 2016). La synthèse se présente dans l’ordre des exercices mais la lecture est à faire dans l’ordre des chapitres pour mieux comprendre  et voir l’impact de la transversalité. Car nous sommes bien là dans la transversalité.

Donc, pour commencer, je propose, de façon récurrente c’est à dire pas une fois isolée mais aussi souvent que possible, de :
–  faire froisser du papier à coller ou à suspendre dans le cadre d’un exercice d’art plastique (cela tonifie la main) (cf. Pages 243 et suivantes)
– commencer un jeu de bouchons (il ressemble au jeu de billes) (cf. page 244/245) ( cela mobilise le jeu du majeur pour manier correctement le crayon plus tard ). Réinvestir en art plastique pour laisser la trace du déplacement du bouchon (cela mobilise l’épaule et commence à habituer à une bonne tenue de ligne)
– introduire le cartable magique (pages 210 et 211 surtout ne pas oublier de lire la 210 pour mettre en application la 211) (cela permet de repérer la droite et d’initier de mouvement gauche droite autant pour les gauchers que pour les droitiers). On extrait du cartable des  outils qui seront utilisés en activité artistique.
– commencer le relais de hockey (tranquillement sans enjeu) (bien lire comment il se pratique) pour initier le lieu d’attaque et le sens de déroulement de l’écriture (renforcement de l’exercice mentionné ci-dessus, mais pas seulement). Il prépare au jeu de foulards qui pourront ensuite donner lieu à des chorégraphies (et qui sont une étape pour fluidifier le mouvement).
– mettre en place une activité de gestion statique de l’espace graphique dans le cadre d’exercices d’arts plastiques.
– faire des fonds de peinture à utiliser plus tard (exercice de mobilité et souplesse de l’épaule dont le produit est utilisé en arts plastiques.

Tout cela, c’est « pour commencer », tranquillement, sans précipitation.

Les activités crayon/papier viendront lorsque les enfants sauront tenir le crayon, il s’agira, pour commencer, d’apprendre à placer la main.

Je pense beaucoup de bien des gribouillis fais avec différents outils (éponges ou autres  puis plus tard avec un crayon quand l’enfant saura le tenir et commencera à apprendre à placer sa main)

En attendant que les enfants sachent tenir un crayon, des collages de toutes sortes, des productions à l’éponge, à la fourchette … constituent des activités d’art plastique qui peuvent dans bien des cas, participer de l’apprentissage de l’écriture.

Quant aux formes elles-mêmes on peut pratiquement faire ce qu’on veut à la condition de bien cerner son objectif mais il vaut mieux éviter les boucles à l’envers et les ronds (à l’endroit ou à l’envers) tant qu’ils n’ont pas été appris en préparation à l’écriture. Voir la vidéo Eduscol dont il est question ici.

Croquet ou hockey ? Que choisir et comment faire à la maison ?

Apprendre à écrire est une action complexe. On croit trop souvent que cela consiste à apprendre à reproduire la forme des lettres. Est-ce parce qu’on confond trop souvent graphisme et écriture ? Quoi qu’il en soit, il faut bien les apprendre aussi les formes : l’écriture est formée de lettres, les lettres sont formées de formes et les formes sont formées par un mouvement, en fait par deux mouvements un qui passe par en bas, un qui passe par en haut. Quand on regarde une écriture manuscrite on voit une succession de contacts courbes des lettres sur la ligne et le tracé s’aménage au-dessus de ces contacts, c’est ainsi que se forment les boucles, les étrécies, les ronds… Le mouvement qui met en œuvre l’écriture ne se fait que de deux façons : celle que je viens de décrire : c’est la 1ère unité  de mouvement, l’autre – qui prend contact avec le haut de l’interligne pour aller vers la droite – c’est la 2ème unité.  La 1ère unité est présente dans toutes les lettres. Elle est donc très importante. Comment commencer à l’enseigner aux enfants tranquillement, en leur donnant envie de participer ?

La nouvelle édition du Geste d’écriture (édition 2016) l’explique et l’illustre. Elle abandonne l’idée du jeu de croquet pour celle du jeu de hockey. Lubie de chercheur ou raisons concrètes ? Je m’en explique dans Le geste d’écriture et en deux mots ci-dessous.

Une maman m’a interpellée à ce sujet tout en me demandant des précisions. Je réponds aux nombreux commentaires faits sur le site directement sous le commentaire  et aux nombreuses questions posées par mail directement par mail. Il arrive parfois cependant que je le fasse sous forme d’article. C’est donc le cas aujourd’hui pour la question posée par cette maman, elle m’écrit :

Je suis en train de (re)lire votre livre « le geste d’écriture » (édition 2006), et je ne comprends pas bien le jeu de croquet que je souhaiterais faire avec mon fils (je préfère le croquet au hockey, car je possède déjà un jeu de croquet et je ne veux pas investir dans un jeu supplémentaire)
Voici mes questions :
– le parcours du point de départ au point d’arrivée est-il droit ou courbe ?
– faut-il aller du point d’attaque au point d’arrivée en un seul coup ?
– Quelle distance prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ?
– Combien d’arceaux prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ?
Pardon pour toutes ces questions, mais j’essaye de bien faire ! Et merci pour vos ouvrages « maternelles » auquel mon fils (MS) prend de plus en plus de plaisir. Après un départ un peu bougon, il est devenu un pro de « la course aux zigzags !

Avant de répondre, je salue la bonne volonté de cette maman et son immense désir de bien faire pour que cet apprentissage se passe bien pour son enfant. L’école maternelle n’étant pas obligatoire, certains enfants reçoivent uniquement de leurs parents l’ensemble des apprentissages premiers. Je tiens toutefois à dire que, sauf dans ce cas et sauf cas spécifique, il me semble souhaitable de laisser aux enseignants le soin d’apprendre aux enfants ce qui relève du domaine de l’école.

Voici ma réponse :

Par ses explications et ses illustrations, la nouvelle édition du geste d’écriture répond à l’ensemble de vos questions. Cette édition, 2016 donc, prend acte des recherches que j’ai menées entre temps (et ajoute différenciation et transversalité, projet en attente depuis 6 ans). Vous verrez des éléments de réponse à vos questionnements ici sur le site : http://legestedecriture.fr/avant-den-arriver-aux-boucles-sur-papier-histoire-dun-pari/ puis en suivant les liens. Vous pouvez également lire cela : http://legestedecriture.fr/des-groupes-petits-ou-inegaux-dans-le-relai-de-hockey/

Pour vous répondre directement, je vous rassure : vous n’avez pas de jeu de hockey, mais vous avez un jeu de croquet ? Pas de problème, votre enfant utilisera le maillet pour pousser le palet. Vous n’avez pas de palet ? Ce qui importe, c’est que vous ayez un objet rectangulaire pas trop haut à faire glisser au sol en le poussant avec le maillet, c’est plus facile à gérer qu’une balle qui roule (d’où le changement entre croquet et hockey). Une boite d’allumettes vide fera l’affaire.

 – Le parcours du point de départ au point d’arrivée est-il droit ou courbe ? L’objectif est d’encoder le mouvement : le mieux est qu’il soit toujours à l’identique, donc le parcours est tout droit.

– Combien d’arceaux prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ? Le jeu de croquet étant transformé en jeu de hockey, il n’y a plus d’arceau.

– Faut-il aller du point d’attaque au point d’arrivée en un seul coup ? Non sinon il n’y a pas la répétitivité nécessaire à l’encodage.

– Quelle distance prévoir entre le point d’attaque et le point d’arrivée ? L’enfant pousse par petits coups. La distance est la longueur de votre couloir, de sa chambre, de votre séjour, bref du lieu où vous installez le jeu. Pour que le geste soit bien encodé l’enfant va pousser entre 6 et 10 fois le long du trajet voire plus. Vous le chronométrez. Vous convenez d’un nombre de fois et vous notez les progrès. Ce qui importe, ce n’est pas qu’il se précipite, c’est qu’il le fasse bien mais d’un geste spontané. Des vidéos sur internet m’ayant fait découvrir comment peuvent être transformés par incompréhension mes actes de remédiation, puisqu’il s’agit ici d’une remédiation je vous conseille vraiment de démarrer avec l’aide d’une des rééducatrices ou un des rééducateurs de la liste http://legestedecriture.fr/a-votre-service/ . D’autres adresses arriveront en fin d’année.

Les enseignements, pour leur part, trouveront dans Le geste d’écriture 2016, toutes les informations, descriptions et illustrations dont ils peuvent avoir besoin pour saisir tous les tenants et les aboutissants de cette activité (et ils me savent toujours disponible pour leur répondre en cas de besoin complémentaire).

Bravo pour votre valorisation de la course aux zigzags aux yeux de vote fils. Assurez-vous qu’il la fasse bien d’un mouvement des doigts et non d’un mouvement du bras ou du poignet, que son poignet soit bien en contact avec la table, que son avant-bras ne tourne pas autour de son coude et, bien sûr, avant toute chose, que ses doigts soient bien placés sur le crayon.

Les rééducateurs et rééducatrices Méthode Dumont, listés sur le site sont formés pour veiller à tout cela et permettre aux enfants, adolescents ou adultes  d’acquérir une écriture efficace et fluide en remédiant à leurs difficultés.

Nous sommes là, bien sûr, très loin du graphisme… Il s’agit de prendre en compte les spécificités de l’écriture sans introduire de paramètres toxiques.