Archives par mot-clé : système d’écriture

La clarté cognitive et le goût d’apprendre.

Au nom de la clarté cognitive faut-il tout expliquer aux enfants ? Si oui le regard de l’enfant sur son action sera-t-il le même ?  Qu’est-ce que cela induit ? Sinon comment l’enfant accède-t-il au savoir puisqu’on ne lui a pas dit ce qu’il fallait qu’il sache ? Cette formulation met d’emblée l’accent sur les limites et le risque d’effet castrateur de la clarté cognitive appliquée à outrance .

Alors que j’expliquais comment, en méthode Dumont, construire progressivement les apprentissages en général et celui de la gestion statique de l’espace graphique en particulier, il m’a été objecté qu’il fallait que l’enfant sache exactement ce qu’il travaille sous le prétexte que sa motivation n’est pas jouer, mais apprendre.

Les administratrices du groupe me pardonneront d’avoir transporté la question sur mon site mais je la pense tellement fondamentale que ce serait dommage de la laisser uniquement à la lecture des abonnés, bien qu’ils soient nombreux.

Le travail d’un petit enfant c’est le jeu. Il y a bien des footballeurs professionnels que diable ! 🙂 Pourquoi vouloir à tout prix leur imposer un  » travail « . Pour moi, on joue d’abord, ensuite on PEUT considérer ce qu’on a appris en jouant, mais pas de façon systématique. On le fait le moment venu, au détours d’une découverte.
C’est là qu’on construit le plaisir d’apprendre.

On voit à quel point le plaisir d’apprendre est détruit chez de trop nombreux enfants , en conséquence il faut bien admettre qu’il se construit. Alors construisons-le mais pas en l’imposant : en l’amenant progressivement, chacun à son rythme.

Donc, à mon avis, non seulement il n’est pas nécessaire que l’enfant sache « exactement ce qu’il travaille », mais encore c’est parfois préjudiciable. Et puis, que travaille-t-il lorsqu’il installe des kaplas sur un support  ? L’alignement ? La verticalité des axes ? La régularité des espaces ? La dextérité pour les prendre et les déposer ? La façon d’investir un espace ? Les notions de clair et sombre s’ils sont de teintes variées et que l’enfant doit en tenir compte ?
Tout cela à la fois et je suis sûre qu’on peut allonger la liste.

Quel est l’intérêt de la vie si tout doit être justifié ? Quand on s’attable devant un suprême de foie de volaille au porto ou devant une lotte à l’américaine, est-ce vraiment pour nourrir son corps, lequel doit absorber telle quantité de calories, de vitamines … etc.  chaque jour pour que l’on reste en vie ?

Au restaurant pensons-nous, lorsque nous introduisons dans notre bouche une bouchée de notre plat préféré un peu salé, que nos papilles nous disent si nous pouvons en manger beaucoup ou très peu à cause de notre tension – si nous en avons ? Pensons-nous à ce moment là aussi qu’il nous faut mastiquer consciencieusement ce met sublime pour que la digestion puisse se faire et pour éviter ainsi des douleurs d’estomac ? Pensons-nous aussi en même temps que cette mastication nous fait faire une gymnastique maxillaire bénéfique à l’articulation de la mâchoire et aux trompes d’eustache?

Etant enfant, tous les soirs j’allais faire une partie de dominos avec un vieux voisin à la retraite – je devais avoir 3 ou 4 ans quand j’ai commencé – ; bien sûr ça m’a appris à compter, à observer, à réfléchir. Mais je n’allais pas « apprendre à compter, à observer et à réfléchir ». J’allais jouer aux dominos.

Qui n’a pas fait ce genre d’expérience ?

La prise de conscience de la double articulation entre objet du savoir versus objet de la tâche et objectif de l’enseignant versus objectif de l’enfant  éclaire le fonctionnement de la pédagogie que je propose (pédagogie dans laquelle prend place ma méthode d’enseignement de l’écriture). (Cf. Conférence pédagogique sur la prévention de l’illettrisme – paragraphe 1 A  , page 2. Comme la conférence est un peu ancienne certains détails demanderaient à être actualisés mais cela ne change rien à notre propos ) 

Ce principe de différenciation entre objectif de l’enfant/objet de la tâche et objectif de l’enseignant/ objet du savoir n’exclut pas la clarté cognitive. Elle peut porter sur l’une des compétences à acquérir par le jeu. Par exemple  un alignement de kaplas peut être ouvertement un exercice de concentration (l’enfant s’applique à ce qu’ils soient bien disposés) ou un exercice de dénombrement (l’enfant aligne les kaplas par groupes de quatre) ou les deux.

L’exercice s’articule donc ainsi : 
Une compétence à acquérir en écriture (aligner pour ensuite écrire droit et régulier), 
– Une tâche à accomplir (sortir les objets de la boite et les aligner)
– Une action pour réaliser cette tâche, action faisant converger :
    °  l’objectif de l’enfant = aligner les objets contenus dans la boite (+ le cas échéant s’appliquer à le faire et/ou + les grouper par quatre)
    ° la consigne = à partir de l’objectif de l’enseignant elle dit ce qu’il faut faire et précise comment faire
– Un ou des objets du savoir = objectif de l’enseignant en matière d’écriture : préparer les enfants à écrire droit et régulier, 
Des savoirs en transversalité = dénombrement jusqu’à 4 et/ou développement des capacités de concentration.

C’est à partir du savoir en transversalité que sera donné un nom à l’exercice.

Cf. 1ère partie de la nouvelle édition du Geste d’écriture. Les tableaux sont utilisés à plusieurs reprise dans le livre (comme le livre, le principe est sous copyright )

L’organisation et le fonctionnement du système d’écriture cursive.

Le système d’écriture. C’est une expression qui parle à tout le monde. A y regarder de plus près on s’aperçoit que la plupart du temps on entend par là : le système alphabétique ou son équivalent en tant que signes qui permettront que l’écrit soit porteur de sens dans les langues non alphabétiques. Et bien souvent, ce n’est même pas de l’étude du système qu’il s’agit en ce qui concerne l’écriture alphabétique mais juste l’énoncé de la suite des lettres dans l’ordre l’alphabet ou classées par « familles de lettres ».  Mais ce n’est pas des lettres que je souhaite vous parler aujourd’hui, c’est du système dans lequel elles prennent vie. Les lettres, ce sera pour une autre fois.

Je viens donc de mettre en ligne la présentation du système d’écriture, c’est là sur youtube. 

Bon visionnage !

Une vidéo Éduscol du processus de création des formes et du processus de formation des lettres

Publiée depuis 2002 dans Le geste d’écriture et les cahiers correspondants,  la modélisation de l’apprentissage de l’écriture en donne pour finalité l’obtention d' »une écriture cursive fluide, claire, lisible, bien disposée dans la page et dans le lignage, autorisant directement l’accès à la fonction sémantique de l’écriture »  (Le geste d’écriture – Méthode d’apprentissage – Cycle 1 – Cycle 2 Éditions Hatier, collection Hatier pédagogie 2003 et rééditions suivantes  page 14,  Le geste d’écriture – Méthode d’apprentissage – Cycle 1 – Cycle 2 – Différenciation et transversalité  Éditions Hatier 2016, collection Enseigner à l’école primaire.) Cf. tableau.

Cette finalité, réaffirmée par Éduscol, n’est pleinement atteinte que si la gestion dynamique de l’espace graphique est réalisée efficacement c’est à dire si les formes sont acquises et aménagées constamment au fil de l’écrit en fonction de leur environnement (exemple le r ne débute pas de la même façon s’il suit un o que s’il suit un e).

Les formes constitutives des lettres sont donc créées et mises en œuvre par le mouvement en même temps qu’il les dépose sur le support pour former les lettres en les aménageant pour une meilleure efficacité, ce qui donne de la fluidité à l’écriture.  Je vous les présente en vidéo sur Éduscol   dans le cadre d’une   présentation de la mise en œuvre de l’enseignement de l’écriture cursive. 

Une fois passées le CP, l’enfant complète son apprentissage avec l’étude des majuscules et doit conserver la qualité de son écriture ou l’améliorer si nécessaire. Vous trouverez chez Nathan un petit ouvrage, Une bonne écriture, choix ou nécessité, qui vise à poser toutes les questions qu’on peut poser sur l’écriture en élémentaire et qui propose de nombreux exercices pour les CE2, CM1, CM2.

Pour terminer cet article, un petit rappel d’un article ancien sur le repérage des anomalies graphiques les plus récurrentes signalé également par Éduscol. Il donne quelques informations sur ce qui peut être pratiqué en classe pour des anomalies simples de l’écriture. Sa lecture ne saurait se substituer à une formation à la rééducation de l’écriture.

A savoir

Les articles de ce site vous sont proposés gracieusement.  Ils se rapportent à la modélisation de l’apprentissage de l’écriture que j’ai créée et développée au fil des années. Ils s’enrichissent progressivement des apports de ma recherche, notamment de la compréhension de la structure et du fonctionnement du système d’écriture.

Les concepts qui y sont développés sont donc des concepts originaux. En tant que tels, ils sont protégés par les lois sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas les recopier sur votre site ou votre blog et de ne pas les plagier. En revanche vous pouvez placer sur votre site un lien explicite vers tout article ou toute page qui vous intéresse.

La question m’ayant été posée plusieurs fois, je précise que aucune personnes physique ni organisme de formation n’est autorisé à diffuser ou adapter mes propositions pédagogiques pour en faire commerce en vendant des documents à télécharger ou en proposant des formations. Toute adaptation de ma méthode d’enseignement n’est pas ma méthode. Celles qui sont proposées via Internet y introduisent des biais dommageables à un bon enseignement. Je ne les cautionne pas. Sa vente par des organismes de formation ou des personnes physiques ou sous forme de documents à télécharger relève donc de la contrefaçon et tombe sous le coup de la loi. Il en est de même en ce qui concerne ma méthode de rééducation de l’écriture.

Le colloque annuel qui regroupe les rééducateurs et rééducatrices formés à ma méthode et qui en respectent à la fois les principes et la déontologie s’affirme de plus en plus comme un laboratoire d’idées. Un thème nouveau y est étudié chaque année. Il constitue une formation continue efficace pour les rééducateurs/rééducatrices méthode Dumont.

En ce qui concerne la tenue et le maniement du crayon qui sont largement partie prenante dans une bonne préparation à l’écriture, je précise par ailleurs que les 36 pages de la dernière édition du Geste d’écriture (édition 2016) qui leur sont consacrées expliquent et montrent les bonnes et mauvaises tenues et les bons et mauvais maniements du crayon ainsi que les exercices préparatoires et peuvent aider à éviter les pièges, dont ceux qui émaillent la toile.

 

Le système d’écriture – Fonctionnement global

 

Par habitude lorsqu’on parle du système d’écriture, on se réfère aux écritures qui nous sont étrangères et dont l’exposé de l’évolution est susceptible de nous éclairer sur notre écriture actuelle (les hiéroglyphes, l’écriture cunéiforme…). On pense aussi à la relation grapho-phonologique, à la grammaire, à la syntaxe. On pense plus rarement à l’écriture elle-même, c’est à dire à la trace qui produit du sens.

Pourtant l’écriture, telle qu’on la trace, est bien un système. Il peut se schématiser ainsi :

Système suite

Le système d’écriture fait partie de l’écrit qui comprend aussi la lecture avec laquelle il partage un même code qui lui donne accès au sens. Il comprend tout autant le mouvement des doigts et du bras que tout ce qui concerne l’espace de l’écriture : sa dimension, ses espacements, sa tenue de ligne et sa verticalité et que les formes qui la constituent. Chacune des ces composantes de l’écriture peut être mise en œuvre sans lien avec l’écriture. C’est ce qui permet qu’elle soit travaillée très tôt dans la scolarité.

Ainsi, des quantités d’activités de l’école maternelle peuvent être pensées dans la perspective de l’apprentissage de l’écriture en plus de leurs objectifs habituels : marcher à quatre pattes ou tourner la pâte à crêpes en  serrant bien fort la spatule, la cuillère ou le fouet tonifient la main.  Ces activités sont précieuses à notre époque où beaucoup d’enfants ont les mains molles.

Bienvenue sur le site de Danièle Dumont

Décembre 2014-1

Vous êtes perplexe devant les difficultés d’écriture de votre enfant…
Vous êtes perplexe devant les difficultés d’écriture de vos élèves…
Vous souhaiteriez y remédier.

A travers ces pages, je vous offre le fruit de 30 années de réflexion qui ont vu leur aboutissement dans la réalisation d’une thèse de doctorat sur le système d’écriture des lettres minuscules utilisées en classe.

Bien sûr, cela ne signifie pas pour autant que la tâche soit finie ; quel que soit le domaine, il y a toujours à dire, à chercher, à expliciter, mais les jalons qui marquent le vaste terrain du geste d’écriture tel que ma recherche me l’a donné à voir sont désormais solidement plantés.

Enseignants, ces pages vous accompagneront dans votre propre réflexion sur l’écriture, de la façon dont on prend et on manie le crayon jusqu’au contenu de l’écrit à proposer à vos tout jeunes élèves. Elles vous donneront des éclairages et vous inviteront au dialogue.

Parents, elles répondront à vos interrogations sur les traces écrites de votre enfant, sur la façon de les produire et de les améliorer.

Sauf cas pathologique spécifique, le clavier ne doit pas être l’échappatoire qui permet d’esquiver l’apprentissage de l’écriture mais au contraire un outil qui offre des potentialités différentes et immenses. En effet, l’autonomie – une des bases de la liberté et de l’émancipation – passe par la possibilité d’écrire de sa propre main dans toute la mesure où cela est physiologiquement possible.

Que vous soyez parent ou enseignant, ce site dédié au geste d’écriture vous propose des articles, des échanges, des adresses pour les rééducations et vous suggère des supports pédagogiques ou parascolaires.

Pour que ce site ne reste pas fermé sur l’écriture, sa page récré vous fait voyager dans d’autres univers.

Danièle Dumont

>Biographie

Les articles de ce site  vous sont proposés gracieusement.  Issus de la modélisation de l’apprentissage de l’écriture (dont les concepts de gestion statique de l’espace graphique et gestion dynamique de l’espace graphique) que j’ai personnellement développée , ils  sont protégés par les lois sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas les recopier sur votre site ou votre blog et de ne pas les plagier. En revanche vous pouvez y mettre un lien explicite vers tout article qui vous intéresse.

Toute utilisation de la-dite modélisation (dont les-dits concepts) ne peut être faite sans qu’en soit citée la source. Toute utilisation sous quelque forme que ce soit (cahiers, fiches, adaptation vidéo)  sans mon consentement express écrit,  à titre de détentrice droits de propriété intellectuelle, et celui de mes éditeurs détenteurs des droits patrimoniaux constitue une attente à la loi et est, de ce fait, passible de poursuite pénale en vertu des lois en vigueur.