Billet

Accueil/Billet

Peu connu mais bien gênants : les tremblements essentiels

En préparant une nouvelle conférence – renouveau oblige après cette période difficile – j’ai pointé une difficulté peu connue et pourtant handicapante pour ceux qui en sont victimes.

Leur écriture est sujette à de petits tremblements presqu’imperceptibles mais souvent suffisants tout de même pour susciter des remarques récurrentes. « Applique-toi ! » lit-on en boucle sur les cahiers des enfants qui en souffrent. (suite…)

Par |2021-09-28T16:50:16+02:0028 septembre 2021|Commentaires fermés sur Peu connu mais bien gênants : les tremblements essentiels

Adieu Bebel. Merci d’avoir existé.

La disparition de Jean-Paul Belmondo me ramène à la vocation première de ce billet. Ce sont des circonstances particulières qui en ont fait dès sa première publication un billet dédié au confinement imposé par la Covid. Le billet va donc reprendre le cours de la vie, une vie que j’espère pour nous tous, normale. C’est donc sur le départ de cet homme extraordinaire  et pourtant si familier à chacun que je rouvre ce billet.

Certains retiendront les castagnes mémorables. Plus nombreux sans doute seront ceux qui se souviendront surtout de l’homme qui aimait la vie et qui lui portait le regard bienveillant de ceux qui aiment discrètement les autres.

Les hommages à notre Bebel national ont été nombreux et éloquents. J’adhère à cette reconnaissance quasi (suite…)

Par |2021-09-13T14:35:00+02:0013 septembre 2021|0 commentaire

Si on loupe la 1ère marche…

La réaction d’une internaute à la lecture de la série Dix minutes par jour pour comprendre la formation des lettres m’a alertée : il serait question quelque part de passer outre la 1ère étape d’accès à la forme, à savoir le relais de hockey. Le relais de hockey est là pour mettre en place le mouvement. L’ignorer serait ignorer que c’est l’estimation de la première marche qui guide notre corps pour aborder la suivante.

En ratant la première marche de l’entrée dans l’écriture, c’est sous forme de contrainte imposée que risque de se dérouler la suite des apprentissages. Le cadre éthique qui éclaire toute pédagogie (ne pas mettre l’enfant en difficulté) risque d’être mis à mal dès le début.

Bonne lecture de la 2ème leçon  de DIX MINUTES PAR JOUR POUR COMPRENDRE LA FORMATION DES LETTRES.

N’hésitez pas à retourner à la 1ère et aux réponses aux questions si vous les avez loupés.

 

Pour une réponse aux questions essentielles que vous vous posez sur les pratiques de classe voyez aussi la série d’articles  enseigner l’écriture.

Connaissez-vous le site de l’association ARÉ, Apprendre et réapprendre à écrire ?

 

Par |2021-05-08T10:36:05+02:0031 mars 2021|0 commentaire

En quelques mots

La situation sanitaire qui agite notre monde perturbe les agendas et fait s’étirer sur des semaines voire des mois des actions qui devraient se mener vite.
Bref j’ai donc délaissé ce billet pendant un certain temps.

Vous avez sans doute lu la série de ces articles-là  mais peut-être n’avez vous pas encore vu la synthèse de ma méthode d’enseignement en maternelle, elle y figure en tout début. Je voudrais tout particulièrement attirer votre attention dessus et notamment sur le tout début qui concerne l’éthique.

C’est donc cette synthèse que je voulais vous signaler dans  ce billet. Elle date de plusieurs semaines.

Je voulais aussi vous annoncer la parution du premier article d’une série https://legestedecriture.fr/dix-minutes-par-jour-pour-comprendre-la-formation-des-lettres-lecon-1/

Une présentation brève, simple et illustrée. Une thème par article. Des exercices de mémoire et des exercices de compréhension. Dix minutes par jour.  Voilà qui devrait permettre à celles et ceux qui se questionnaient ces derniers temps sur Facebook au sujet de la formation des lettres de s’y retrouver.

Bonne lecture à tous.

Par |2021-03-31T01:18:55+02:0029 mars 2021|0 commentaire

Un billet rapide avant les fêtes.

Bonjour,
Ce fut une grande éclipse.
Vous voilà prêt-e-s à passer des fêtes les plus heureuses possible malgré le confinement. Même s’il arrive, confinement oblige, que vous soyez seul-e chez vous, Internet offre cette merveilleuse possibilité de les passer en famille ou entre amis par écran interposé, alors tout d’abord je souhaite que ces fêtes soient pour vous de grands moments de bonheur.
Ensuite je m’étais promis d’écrire une série d’articles sur le sens avant les fêtes. Voilà qui est fait.
Nous nous reverrons très vite pour parler d’écriture, de sens, d’école maternelle, d’apprentissage, d’enseignement et d’une façon générale du geste d’écriture.
N’hésitez pas à me laisser un message.
        

Par |2020-12-20T13:20:46+01:0020 décembre 2020|0 commentaire

La tenue du crayon en maternelle, double différenciation et transversalité.

Bonjour ! Et bien voilà, la rentrée est passée.

J’espère qu’elle ne vous a pas été trop pénible et qu’elle vous a apporté au moins des moments de petits bonheurs malgré la « période Covid ».

Cette rentrée s’est faite de façons diverses selon les lieux et les circonstances locales mais, à lire les réseaux sociaux, il semblerait que l’une des préoccupations pédagogiques majeures récurrentes reste l’enseignement de la tenue du crayon. Comme tout autre enseignement plus l’enseignement de la tenue du crayon sera organisé d’une façon vivante aux allures informelles, mieux il fonctionnera.

Je sais bien qu’on a l’habitude de dire « apprentissage de la tenue du crayon » et non « enseignement ». Je pose une alerte  : Pour qu’il y ait apprentissage, il faut qu’il y ait enseignement. Quelle qu’en soit la forme. (Cf Chapitre 3 du Geste d’écriture que vous connaissez bien, Hatier 2016).

Nous en sommes à la 4ème semaine de classe. Les crayons, mis de côté la première – ou les deux premières – semaines ont sans doute déjà fait leur apparition dans la classe. C’est que les enfants s’y sont largement préparés. Ils ont marché à quatre pattes, fait de la pâte à modeler, cherché des objets dans un sac de sable, fait la clochette, fait de la peinture à doigts, le tout en double différenciation et transversalité*.  C’est plus vivant. Et le tout, sans que vous leur disiez, bien sûr, que tout cela leur apprendra à écrire : il s’agit d’éviter la surcharge cognitive des explications verbales – voire des explications imagées.
Après ces premiers jours d’école, les enfants sont donc prêts à commencer à prendre un crayon en main puisqu’ils s’y sont préparés en jouant ou en participant à des activités collectives.

L’œil vigilant vous avez noté les progrès de chacun sur le livret d’accompagnement du cahier 1 de maternelle  (livret que vous avez téléchargé gratuitement sur le site des éditons Hatier https://www.editions-hatier.fr/livre/les-cahiers-decriture-maternelle-ms-gs-ed-2020-cahier-ndeg1-gestion-de-lespace-graphique-9782401064089 ). Cela vous a aidé à la distribution des tâches des activités collectives, distribution que vous aurez préparée avec eux pour une meilleure adhésion, donc une meilleure efficacité. (cf les tableaux de double différenciation et transversalité du geste d’écriture) cf. aussi ici https://legestedecriture.fr/une-petite-piqure-de-rappel-pour-une-ecriture-de-qualite-et-faisant-sens/

Bonne continuation !

A bientôt

 

*Je vous renvoie pour cela à la trentaine de pages du Geste d’écriture – édition 2Hatier réédition 2016 – et au cahier 1 de maternelle – éditions Hatier réédition 2019 sur la tenue et le maniement du crayon et aux différents articles du site (en utilisant la fonction « recherche »).

 

Par |2020-09-22T14:42:05+02:0022 septembre 2020|Commentaires fermés sur La tenue du crayon en maternelle, double différenciation et transversalité.

Un deuxième BILLET DU 1er JUIN – Crayons et stylos

Pourquoi un deuxième billet ce premier juin ?

Parce que revient régulièrement, comme le monstre du Loch Ness, la question de la tenue et du maniement du crayon.  Celle-ci est assez régulièrement liée à la question du choix du stylo.

J’ai rapatrié ces jours-ci sur mon site la plupart des articles concernant la tenue et le maniement du crayon ainsi que le choix du stylo. Parmi les choix vous ne trouverez pas le critérium dit aussi porte-mine. En revanche, vous le trouverez toujours sous la rubrique : “le crayon et le stylo” mais sous l’intitulé “l’usage du porte-mine”  et non “le choix”

Pourquoi ?  et qu’elle importance cela a-t-il ?
Parce que cet outil scripteur est utilisé par certaines personnes comme un moyen d’éviter que l’enfant appuie c’est à dire, plus concrètement d’empêcher l’enfant d’appuyer : lorsque l’enfant appuie trop fort sur le papier, la mine casse.  En fait il ne s’agit pas de lui apprendre à faire mais au contraire de le contraindre à ne pas faire.

Il est bien évident que nous ne préconiserons jamais ce type de dressage, car c’est bien là un dressage comparable à l’exploitation du réflexe pavlovien.

C’est d’ailleurs à cause du stress provoqué par cette situation de dressage que j’ai connu l’existence de cette pratique il y a déjà un certain nombre d’années. J’ai en effet reçu un SOS d’une maman s’inquiétant du refus de son fils de faire sa rentrée de CE2. J’ai mis ici la partie écrite de nos échanges.

J’ai développé aussi la question du critérium dans Le geste d’écriture Edition 2016, page 237.

Ce thème vous intéresse ? Merci de ne pas recopier ni plagier cet article, pas plus que tous ceux du site ou le contenu de mes publications en librairie ou sur la toile. En revanche c’est avec plaisir que j’apprendrai  que vous avez mis un lien sur votre site. 

 

Par |2020-06-01T20:39:02+02:001 juin 2020|Commentaires fermés sur Un deuxième BILLET DU 1er JUIN – Crayons et stylos

LE BILLET DU 1er JUIN – Les lettres rondes à l’école et à la maison… pour bouger un peu.

C’est la fin du confinement. Le soleil est de la partie pour les promenades en forêt, au bord de l’eau, dans les parcs grands ou petits…
Les enfants ont envie de bouger. Et demain ce sera la rentrée avec toutes les consignes liées à la situation sanitaire. Et pourquoi pas, demain, les faire bouger, courir, pour apprendre à écrire ?

Je rappelle que le contenu de ce billet comme tout le contenu du site et de l’ensemble de mes publications est couvert par les lois sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas le publier ni le plagier. En revanche vous pouvez mettre un lien sur votre site. 

Que faire faire à l’école ou à la maison pour poursuivre l’apprentissage de l’écriture où nous l’avions laissé ? Nous avions parlé des soubassements ( la tenue et le maniement du crayon, la gestion de l’espace, le sens de dotation des boucles…) et des premières lettres : celles qui n’utilisent que des boucles et/ou des étrécies, e, l, i, u, t pour les plus jeunes, e, l, f, i, u, t , b, pour ceux qui sont déjà au CP.

Le relais de hockey sera une bonne occasion de faire bouger les enfants. Je vous en ai parlé déjà dans le billet. Pour plus d’informations je vous ai renvoyé aussi au Geste d’écriture (édition 2016) et à des articles du site  (  j’ajoute ce lien-ci  pour les petits groupes ) et bien sûr je vous ai expliqué par quoi et comment remplacer le relais de hockey à la maison.

Les enseignants trouveront ici plus de détail (les articles anciens sont rapatriés progressivement sur le site).

Le relais de hockey est donc une bonne occasion de faire bouger les enfants tout en respectant la distanciation et en apprenant le lieu d’attaque et le sens de rotation de la boucle.

Comment passer de la boucle au rond  ? On sait que, utilisant le même mouvement que la boucle mais étant attaqué en haut à droite, le rond est une boucle fermée.  Il sert tout d’abord à écrire les lettres c, o, a et d 

Pour attaquer une lettre ronde, le stylo saute donc de la fin d’une lettre au début de la lettre ronde qui suit, comme ça         

C’est ce que je propose, à l’école comme à la maison : sauter pour aller démarrer une lettre ronde. Mais la raison pour laquelle on saute quand on entend “feu rouge” devra rester “secrète” jusqu’à la démonstration sur papier.

Comme on s’arrête avant d’attaquer la lettre et comme elle est ronde, je l’ai rapproché de l’image du feu rouge et j’ai énoncé la règle suivante :

“On conduit son écriture comme on conduire sa voiture. On ne s’arrête pas au milieu de la route (=au milieu du mot) mais on s’arrête au feu rouge (= aux lettres rondes). Contrairement à ce qui se passe en voiture, lorsqu’on est au feu rouge on fait descendre ses passagers (les points sur les i, les barres de t et les accents). S’il n’y a pas plus de feu rouge on les fait descendre à la fin du parcours (= à la fin du mot). On s’assure qu’il n’y a plus de passager avant de repartir ou de s’arrêter définitivement. “ Le geste d’écriture Edition 1999 page 128 , Editions 2016 page 128 également.

En quoi cela va-t-il nous servir dans l’apprentissage de l’écriture à ce moment où les enfants éprouvent comme une libération le besoin de bouger ?

Donc à la maison comme à l’école on laisse courir l’enfant où il veut, comme il veut et tout à coup on dit “feu rouge” et l’enfant doit sauter en avant puis continuer sa course. Il n’est surtout pas question de dessiner un parcours en forme de boucles ou de rond mais seulement de susciter la réaction : feu rouge = je saute droit devant. Droit devant signifie sans détour mais aussi dans l’élan de la course, sans blocage avant de sauter.

Une fois  cette habitude encodée on pourra commencer à faire écrire des mots comportant des lettres rondes (plus, pour l’instant, uniquement : e, l, u, u, i, f et/ou b)

A bientôt pour la suite.

 

Par |2020-07-21T04:26:01+02:001 juin 2020|Commentaires fermés sur LE BILLET DU 1er JUIN – Les lettres rondes à l’école et à la maison… pour bouger un peu.