Madame la Fouine

Elles me sont souvent demandées. Depuis leur publication en 1999, la vie a régulièrement  rempli mon agenda. Les comptines pour apprendre à écrire n’étaient donc pas encore revenues sur le site après sa restructuration. Les revoici.

Elles sont surtout destinées à étayer par la frappe du tempo dans les mains ou sur la table l’encodage de la régularité des espaces de l’écriture. Mais pas seulement…

Madame La Fouine, est l’occasion d’ajuster le contact du pouce contre le côté du majeur.

Quelle ne fut pas mon émotion lorsqu’il y a quelques années, des PS d’une école de l’OSUI, Office scolaire et universitaire international (OSUI) émanation de la MLF m’ont fait la surprise de m’accueillir en chantant Madame La Fouine. C’était lors d’une “tournée” au Maroc.

Voici ce que donne la comptine chantée

 

 

Comment “apprendre à écrire” avec cette comptine ?

C’est tout simple : En chantant “dring dring”, les enfants tapent avec la pulpe de leurs pouces contre la face latérale de la dernière articulation de  leurs majeurs et on ne leur dit pas que cela leur apprendra à tenir le crayon (sinon d’une part on leur gâche le plaisir, d’autre part on suscite chez eux une réflexion sur leur façon de tenir le crayon et le geste perd de son naturel. Il s’agit de mettre en œuvre un encodage kinesthésique  de la position des doigts sur le crayon.

Une astuce : pour les aider à repérer l’emplacement, dessiner un point sur la pulpe de leur pouce et un sur le côté de la dernière articulation du majeur  : “Quand ça touche, ça sonne ! ”  Cette petite phrase banale (qui ne renvoie qu’à un bruit virtuel ) aide les enfants à s’y retrouver.

Donc, sur “dring dring” ils tapent le pouce contre le majeur puis ils activent leur bras de chaque côté du corps, coudes repliés, comme lorsqu’on court vite mais surtout pas épaules levées. Ensuite, sur “laisser la passer sinon elle va vous écraser”, ils font tourner leurs bras en rouleau comme pour “roule galette” toujours sans soulever les épaules. Cela pourra leur servir d’ancrage plus tard lorsqu’ils aborderont les lettres de 2ème unité (s, x, r, n, m etc.)

Le mime suivant peut être ajouté : les deux mains placées en avant sous leur nez, extrémité des doigts jointe, mimer le museau pointu de la fouine lorsqu’on chante (ou on entend) “madame la fouine”, puis les mains en arrondi de chaque côté du visage, mimer les bonnes joues du mulot lorsqu’on chante (ou on entend) “va chez le  mulot”. Tout cela ne doit pas se faire au ralenti sinon on en perd le côté ludique et on fixe l’attention de l’enfant sur des images à évoquer alors que l’objectif est un encodage procédural de la “pince” pour le début et un encodage procédural du rouleau pour la fin.

En voici une vidéo sympathique.

Madame la fouine001Dring dring ! Dring dring!

Madame la fouine

Va chez le mulot

Avec son vélo

Dring dring! Dring dring!

Laissez-la passer

Sinon elle va vous écraser

Mylène Boudard a fait la musique des comptines, Manuel Lauvernier  les arrangements.

Un merci collectif et individuel aux enseignant(e)s de l’AGIEM, devenue  depuis longtemps l’AGEEM, qui m’ont fait l’honneur et le plaisir de participer aux enregistrements

Merci également à Nausicaa et Yacine  pour nous avoir offert leurs voix d’enfant quelques instants.

Par |2022-10-20T18:50:04+02:002 mars 2021|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Titre

Aller en haut