Quel stylo convient le mieux pour commencer à écrire ?

On pense souvent qu’un gros stylo sera plus facile à tenir par un enfant qu’un stylo de corps moyen. Pourtant les gros stylos ont l’inconvénient d’obliger à écarter les doigts. C’est malcommode et ça donne de mauvaises habitudes.
Par ailleurs, les enfants ont du mal à tenir un stylo trop fin.
Il vaut donc mieux leur donner des stylos de taille moyenne. Ce sont les stylos les plus ordinaires. Ils sont suffisamment gros pour être facilement tenus en main, suffisamment fins pour ne créer ni inconfort ni mauvaises habitudes.

On pourrait aussi être tenté de penser que puisque l’enfant est petit il lui faut un petit stylo (ou un petit crayon). En réalité, si le crayon est trop petit il ne peut pas être tenu à la fois solidement et souplement. Le corps du crayon (ou du stylo) doit reposer pleinement dans la commissure entre le pouce et l’index. S’il arrive à peine à cette commissure, il est difficile de le manier correctement surtout lorsqu’on manque d’habitude.

Se pose aussi la question de la grosseur de la pointe. 

Souvent les enfants préfèrent les pointes un peu grosses. Cependant les pointes ou plumes trop larges font un trait épais qui engorge les boucles. Elles donnent rapidement un aspect sale. Les pointes trop épaisses ou les plumes trop larges ne sont pas adaptées aux petites écritures, elles les empâtent.

Il semble que des stylos à pointe fine donnent généralement une écriture plus nette.  Toutefois, cela n’est valable à coup sûr que lorsque celui qui écrit se sent à l’aise avec ce genre de stylo. Il est rare que des enfants jeunes – avant au moins le CE1 – soient attirés par des stylos à pointe fine. Ces stylos manquent de souplesse ; ils ont tendance à griffer le papier quand ils sont maniés par une main peu expérimentée. Ils peuvent procurer une sensation désagréable aux enfants (et à certains adultes aussi).

Les stylos ordinaires, de grosseur moyenne, de longueur suffisante, avec une bille ni trop grosse ni trop fine sont ceux qui conviennent le mieux. Ils sont suffisamment gros pour être facilement tenus en main, suffisamment fins pour ne créer ni inconfort ni mauvaises habitudes, suffisamment longs pour reposer dans la commissure entre le pouce et l’index. Leur pointe est suffisamment grosse pour assurer un bon contact sur le papier, mais pas trop pour ne pas empâter l’écriture.