Le système d’écriture – Fonctionnement global

 

Par habitude lorsqu’on parle du système d’écriture, on se réfère aux écritures qui nous sont étrangères et dont l’exposé de l’évolution est susceptible de nous éclairer sur notre écriture actuelle (les hiéroglyphes, l’écriture cunéiforme…). On pense aussi à la relation grapho-phonologique, à la grammaire, à la syntaxe. On pense plus rarement à l’écriture elle-même, c’est à dire à la trace qui produit du sens.

Pourtant l’écriture, telle qu’on la trace, est bien un système. Il peut se schématiser ainsi :

Système suite

Le système d’écriture fait partie de l’écrit qui comprend aussi la lecture avec laquelle il partage un même code qui lui donne accès au sens. Il comprend tout autant le mouvement des doigts et du bras que tout ce qui concerne l’espace de l’écriture : sa dimension, ses espacements, sa tenue de ligne et sa verticalité et que les formes qui la constituent. Chacune des ces composantes de l’écriture peut être mise en œuvre sans lien avec l’écriture. C’est ce qui permet qu’elle soit travaillée très tôt dans la scolarité.

Ainsi, des quantités d’activités de l’école maternelle peuvent être pensées dans la perspective de l’apprentissage de l’écriture en plus de leurs objectifs habituels : marcher à quatre pattes ou tourner la pâte à crêpes en  serrant bien fort la spatule, la cuillère ou le fouet tonifient la main.  Ces activités sont précieuses à notre époque où beaucoup d’enfants ont les mains molles.

4 réflexions au sujet de « Le système d’écriture – Fonctionnement global »

  1. Mon petit fils est dysorthographique et gaucher, détecté tardivement lors de son entrée en 6ème, je souhaiterai durant les vacances l’aider à se réconcilier avec l’orthographe , comment puis je l’aider ? merci de votre intérêt

    1. Bonjour,
      je vous suggère de choisir avec lui un texte qui lui plait, de lui dicter la 1ère phrase puis de souligner les fautes en les lui faisant commenter une à une. Le lendemain vous recommencez la même phrase et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de faute. A ce moment-là vous continuez avec la deuxième phrase, c’est à dire vous dictez les deux premières phrases etc.
      Bon travail

  2. Bonjour
    Je suis en train de préparer ma liste de fournitures scolaires pour la rentrée de mes CP. J’ai cherché sur votre site mais je n’ai rien trouvé sur « l’outil » à choisir pour apprendre à ecrire : stylo bic, stylo gel, roller, stylo effaçable … et quel crayon gris : HB, 2B ou autre ?
    Merci pour votre précieuse aide.
    Mme BETTINI

    1. Bonjour Madame Betttini
      Vous avez des articles sur le choix du stylo et du crayon ici , , là encore , ou là ou encore là et ici http://legestedecriture.fr/wp_super_faq/si-les-enfants-preferent-les-pointes-plus-grosses-cest-donc-un-stylo-a-pointe-epaisse-quil-faut-leur-choisir/ encore ici enfin
      Quelques informations complémentaires : évitez les stylos à forme dites ergonomique. Ils procurent plus de gêne qu’ils n’apportent d’aide. Les stylos bille tout ordinaires conviennent bien. Ils peuvent avoir une zone antidérapante, utile si l’enfant a les mains moites. Attention aux stylos effaçables. Ils ont la fâcheuse tendance à … s’effacer : lorsqu’il fait chaud l’écriture disparaît. Un passage au réfrigérateur ou au congélateur fait réapparaître l’écriture. Ces stylos sont donc utiles pour écrire au brouillon car l’enfant peut corriger et ce qu’il a écrit présente bien. Les brouillons n’ayant généralement pas vocation à être conservés leur handicap ne concerne pas les brouillons. En revanche ces stylos ne devront pas être utilisés pour d’autres écrits (et surtout pas par les parents pour remplir des chèques !). En ce qui concerne les crayons il faut les tester ; parfois il est préférable d’utiliser un stylo B plutôt qu’un HB. Certains crayons ont une texture désagréable qui évoque l’écriture avec une bougie.
      Voilà pour l’essentiel
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *