Demain la journée recommencera de façon identique : Étirement /relaxation. Appui sur les mains pour aller aux toilettes et à la salle de bain. Douche en frottant bien, y compris chaque orteil. Etc.  Lavage de dents après le petit déjeuner (ce qui mobilise l’épaule et le coude dans des petits mouvements brefs).

Revenons au moment où Tom a lavé consciencieusement la table. Propre, débarrassée, la table peut servir de piste de jeu. Vous aurez gardé le bouchon de la dernière bouteille de lait que vous avez vidée (et vous aurez conservé la bouteille pour un autre usage – le bouchon reviendra sur la bouteille une fois le jeu fini).

Vous vous placez chacun à une extrémité de la table. Si vous avez un petit stock de bouchons de bouteille de lait, c’est parfait, sinon ça n’est pas grave, l’essentiel est que vous ayez au moins un bouchon, ou quelque chose d’analogue.

Avant de commencer, vérifiez que Tom soit bien installé. Pour poser ses avant-bras sur la table, il ne doit pas avoir à écarter les coudes. Si c’est le cas, c’est que Tom est assis trop bas. Mettez-lui un coussin ou un oreiller sous les fesses (et profitez-en pour faire un peu de vocabulaire : qu’est-ce qu’un coussin ? Qu’est-ce qu’un oreiller ? Pourquoi ça s’appelle oreiller ? Qu’est-ce qu’un traversin ?  Pourquoi ce nom ? Vous pouvez aussi à cette occasion faire un rappel des couleurs. Faites-le de façon naturelle pas comme un pensum. Au fait, qu’est-ce que c’est qu’un pensum ? Je ne vous donne pas la réponse puisque, si vous me lisez c’est que vous avez accès à Internet. D’où deux pistes pour donner matière à réflexion à Tom : Avec pensum une réflexion sur l’esclavage et sur l’organisation de la société ? Avec la recherche sur Internet une réflexion sur l’évolution de la communication depuis que ses grands-parents étaient petits.) Surtout ne faites pas de fiche !  Laissez venir les questions ou suscitez-les mais ne faites pas un cours magistral, il vous faudra tenir tout le temps du confinement …

Donc, revenons à nos moutons. Les moutons… Bon, nous en parlerons une autre fois.

Donc, Tom est bien installé sur sa chaise. Pour vérifier, il va faire ce que j’ai appelé les chenilles pressées : la moitié de l’avant-bras posé sur la table, le coude pendant le long du corps, il laisse d’abord le poids de ses coudes lui faire descendre les épaules. Il est bien détendu ?  Ça y est. Il peut y aller. Il pianote des deux mains sur la table en avançant les deux bras en même temps et en laissant ses avant-bras toujours en contact avec la table. Selon la dimension de votre table, vous pouvez aussi placer des objets au milieu et faire la course en pianotant pour voir qui en rapportera le plus.

Ça y est, Tom est prêt à jouer au pingpong. Il s’agira de vous envoyer et renvoyer le bouchon d’une pichenette du majeur. Un autre petit détail avant : lequel est le majeur ? Vous avez déjà renommé les doigts à l’occasion du lavage de main. Le majeur, c’est le plus grand doigt. Pour s’en souvenir on peut penser à la majuscule qui est la plus grande lettre. Ou à la majorité qui est le plus grand nombre : ces jours-ci majorité des gens sont confinés dans leur appartement.

Donc Tom lève l’index, plie le majeur, le coince contre la pulpe de son pouce. Et lance son majeur en avant d’un coup sec pour vous envoyer le bouchon. Comme ceci.

                         Le ping-pong des bouchons

A vous de le lui renvoyer, de préférence sans le prendre en main.

Observons ensemble la position : le coté de l’extrémité du pouce touche la table. Le poignet est en contact avec la table (et de préférence vous aurez enlevé tous les bracelets qui gênent ce contact). Le majeur est replié. Il est prêt à se détendre.

A vous de jouer. Nous nous retrouvons ce vendredi 27 mars 2020.