Deuxième cahier de maternelle

Une fois acquises les compétences nécessaires pour apprendre à écrire (gestion statique de l’espace graphique, formation de la 1ère forme de base), l’apprentissage de l’écriture en lui-même peut commencer.

C’est l’objet du cahier 2 de maternelle.

Avec le cahier 2, non seulement l’enfant apprendra à écrire, mais il apprendra aussi qu’il faut réfléchir avant d’écrire.

Les activités préparatoires suggérées concernent donc non seulement l’écriture de la nouvelle lettre mais aussi son usage dans des mots et des phrases de façon produire un écrit qui ait du sens.

N’apportant qu’une seule nouvelle difficulté à la fois, la progression conduit peu à peu l’enfant à percevoir intuitivement l’existence de la combinatoire et son fonctionnement. Peu à peu l’enfant apprendra toutes les lettres les plus simples de l’alphabet en les mettant toujours en situation dans du texte.

 

2 réflexions au sujet de « Deuxième cahier de maternelle »

  1. Bonjour Mme Dumont, j’enseigne dans une école immersive en occitan et je me pose des questions à propos de la progression du cahier n°2. En effet, il n’y a pas d’article avec le « e » ni des « celui-ci » mais des « aquele » voire « aquelh » selon les régions. Je comprends bien l’intérêt dans la réflexion avant d’écrire d’utiliser les articles ou mots les plus courants mais quand ils ne s’écrivent pas dans la progression de l’apprentissage des lettres, que privilégier? l’ordre d’apparition des lettres ou le sens et l’utilisation courante des mots? Pour les verbes par exemple le sujet se trouve dans la désinence et n’est pas un petit mot avant le verbe. Je suis capable de changer les images et les situations pour tenter d’adapter mais je suis confrontée en même temps à l’apprentissage du lexique et celui de l’écriture. Si vous aviez des conseils afin de m’orienter dans la bonne direction.
    Je vous remercie

    1. L’intérêt de commencer par  »le » ou  »elle » réside surtout dans la composition des mots. En effet, ces mots sont composés uniquement de la forme de base de 1ère unité (la boucle) et de sa 1ère dérivée (l’étrécie) qui, par définition, dérive de la boucle en changeant le degré d’arrondi. Le geste de base reste donc le même, c’est la courbure du tracé qui est moindre. En conséquence, pour écrire ces mots il suffit de renouveler son geste en modulant l’arrondi : arrondi pour e et l, non arrondi pour i, u et t. La question est donc : existe-t-il en occitan des mots composés uniquement de e, l, i, u ou t ? Si oui, c’est par là qu’il faudra commencer après avoir enseigné la formation de la boucle, de l’étrécie, puis des lettres e, l, i, u, t. Sinon, recherchez des mots commençant par c, o ou a et ne comportant ensuite que e, l, i, u, t. En existe-il ? C’est par là qu’il faudra commencer. C’est aussi par là qu’il faudra poursuivre dans la 1ère alternative.
      Cette réponse vous aide-t-elle ?

Répondre à virginie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *