Questions sur la rééducation de l’écriture

A qui s’adresse la rééducation en écriture ?

La rééducation de l'écriture, appelée aussi "rééducation graphique", concerne toute personne qui est en difficulté avec son écriture : - les enfants qui ont du mal à apprendre à écrire, - mais aussi des adolescents ou des adultes, Ils écrivent trop lentement ou sont peu lisibles, voire illisibles. Enseignants et parents pour les uns, patrons, secrétaires, collègues pour les autres, leur entourage  se plaint de leur écriture. C’est un adolescent qui n’arrive plus à prendre les cours, c’est un employé dont le patron juge l’écriture peu compatible avec les documents à remettre au public de l’entreprise, c’est un étudiant qui craint que sa copie d’examen soit illisible… Sont également concernées : - les personnes qui ont perdu l'usage de leur main scriptrice, qu'elles soient adolescentes ou adultes  - celles qui souffrent de crampes (à la condition que la crampe ne soit pas installée depuis trop d’années) En bref, sont susceptibles d’être concernées toutes personnes qui, pour une raison ou une autre, souffrent de troubles de l'écriture.

Que traite la rééducation de l’écriture ?

La rééducation graphique traite l’écriture et ne traite que l’écriture. Elle ne traite pas les problèmes de dyslexie et autres problèmes de langage ou de lecture ; elle ne traite pas l’orthographe, les troubles de l’attention, la dyspraxie, les troubles visuo-spatiaux et, d’une façon générale, les problèmes pathologiques en eux-mêmes. En revanche, la rééducation de l'écriture a divers effets secondaires bénéfiques (voir la rubrique Quels sont les effets secondaires de la rééducation) dont une gratification qui favorise un comportement positif face à la scolarité et éventuellement à la communication. Elle peut être associée à d’autres prises en charge par d’autres professionnels (dyspraxie, orthoptie…) et peut parfois être l’occasion de soupçonner des dysfonctionnements non encore identifiés. C’est le cas, par exemple, des dysfonctionnements des saccades oculaires qui, bien que la rééducation de l'écriture soit un complément bénéfique à leur rééducation, devront être pris en charge par le professionnel compétent, à savoir l’orthoptiste. A l’inverse, elle peut mettre en évidence que tel enfant orienté vers l’usage du clavier n’a aucune raison d’abandonner l’écriture manuscrite car ses difficultés relèvent uniquement de la technique d’écriture. Ces cas ne sont pas rares. Ils sont généralement traités comme les autres en 4 à 6 séances avec résultats significatifs à la 3ème séance. Sauf en cas de dyspraxie sévère qui interdit tout acte graphique, on gagne toujours à pouvoir écrire de sa propre main.  C’est indispensable à l’autonomie sociale.

Quels sont les effets de la rééducation de l’écriture ?

Si la rééducation de l'écriture se limite à traiter les problèmes d’écriture pour en optimiser la qualité, elle est également précieuse pour ses effets secondaires : ¯  Sur l’orthographe. La technique de rééducation de l'écriture  fait généralement revisiter au fur et à mesure  les mots écrits, ce qui d’une part attire l’attention sur les éventuelles erreurs, d’autre part fait mieux percevoir les occurrences orthographiques. Il s’ensuit donc une amélioration de l’orthographe d’autant plus que l‘attention consacrée à la réalisation de la trace écrite - qui est devenue automatique – peut se déplacer vers le contenu de l’écrit et son orthographe. ¯  Sur la confiance en soi. Constatant rapidement qu’il est capable décrire correctement, l’enfant reprend confiance en lui. Cette confiance est renforcée par les encouragements de l’enseignant et des parents qui constatent eux aussi les progrès. ¯  Sur le comportement relationnel. L’enfant n’étant plus en butte aux remarques sur son écriture dont la mauvaise qualité est trop souvent attribuée à de la mauvaise volonté, il est moins tendu et moins sur la défensive. Son comportement relationnel s’améliore. ¯  Sur la réussite scolaire. Amélioration de l’écriture, meilleure image de soi, meilleure confiance en soi, meilleur comportement relationnel, possibilité de se relire, autant de facteurs propices à une meilleure réussite scolaire. Parmi ses effets secondaires on note aussi la possibilité de débloquer un mutisme d’origine affective alors que le même exercice n’aura pas d’effet sur la communication d’un enfant autiste comme je l’ai relaté dans un dossier universitaire.

Comment éviter l’installation d’une mauvaise écriture ? Comme faire pour y remédier ?

Pour éviter que s'installent de mauvaises habitudes, un enseignement rationnel du geste d'écriture est souhaitable dès la maternelle. Au sortir de la maternelle, les enfants ainsi formés manient correctement le crayon ; ils ont une écriture fluide aux dimensions et espaces réguliers ; ils tiennent la ligne même sans lignage. Ils n’ont pas forcément vu toutes les lettres mais leur écriture est de qualité et les formes de base et dérivées sont connues. Ils apprendront donc facilement les lettres qui viendraient à leur manquer. Cet enseignement se poursuivra au CP. Il commencera au CP si ça n’a pas été fait avant. Les cahiers d'écriture que j'ai publiés aux éditions Hatier sont un bon support d’apprentissage tant en maternelle qu’en élémentaire. On pourra parfaire les acquis du cahier 1 apprentissage de CP avec le cahier 2 perfectionnement. En cas de besoin on pourra utiliser le cahier Remédiation en aide personnalisée. On gagne à faire appel au plus tôt à un rééducateur/une rééducatrice en écriture si nécessaire. Sans pour autant qu’ils cherchent à se substituer à l’enseignant les parents peuvent veiller à quelques détails qui ont leur importance : la tenue du stylo, le choix du stylo, la position du cahier...

Comment se déroule une séance de rééducation en écriture ?

S’il s’agit d’un enfant, en début de séance le rééducateur le  reçoit avec ses parents : instant bref où est repérée l'évolution objective (écriture des cahiers de classe) et subjective (avis des parents, de l'enseignant aux dires des parents et de l'enfant, et avis de l'enfant lui-même). Le rééducateur observe tout d'abord l'écriture actuelle. Il observe ensuite l'écriture des débuts puis son évolution (il aura pris soin de demander d’apporter les échantillons d’écriture nécessaires). Enfin, il regarde l'enfant (ou l'adulte) écrire. Cet ensemble d'observations lui permet de comprendre la problématique et de prévoir une stratégie de remédiation adaptée aux troubles de l'écriture qu'il aura constatés. Il l'ajustera au fur et à mesure au cours de chaque séance et en fonction des progrès d'une séance à l'autre. La rééducation de l'écriture commence dès la 1ère séance. J'ai par habitude de conseiller aux professionnels que j'ai formé(e)s de ne rédiger un bilan à remettre aux parents que s'il est expressément demandé. Alors que la consignation au dossier de toutes les observations est indispensable, la rédaction d’un bilan à destination des parents n’est d'aucune utilité immédiate. Si un bilan se révèle nécessaire en cours de rééducation graphique, les observations du moment s’ajouteront aux observations initiales et à la progression de la rééducation. Le rééducateur en écriture procède à un test de latéralité s'il s'avère nécessaire. Le rééducateur en écriture n'est pas un répétiteur, il n'est donc pas là pour faire écrire et réécrire mais pour construire au cours de chaque séance la stratégie de remédiation qui fera progresser. Il donne donc des exercices quotidiens à faire entre les séances. C'est sur l'aboutissement de ces exercices qu'il construit la séance suivante guidé par les observations qu'il a faites au début. Il s’ensuit qu’une séance de rééducation de l'écriture ne peut pas être préparée à l’avance et que l’espacement des séances sera fonction de l’évaluation du temps nécessaire pour que les exercices fassent effet.

Combien faut-il compter de séances ?

La mise en relation permanente des causes et des effets et une réflexion suivie sur le geste graphique de l’intéressé permet un nombre réduit de séances. Hors cas pathologique sévère - qui nécessite par ailleurs une prise en charge par un autre professionnel - on compte en moyenne 4 à 6 séances. Une rééducation bien conduite et normalement suivie donne des résultats significatifs dès la 3ème séance. Généralement les cas de graves dysfonctionnements (comme les troubles neuro-moteurs par exemple) n’arrivent pas au rééducateur en écriture puisqu’ils sont pris en charge directement par les professionnels qui interviennent dans le domaine concerné et traitent donc d’autres problèmes avant que soit envisagée la rééducation graphique.

Comment devient-on rééducateur en écriture ?

La rééducation spécifique de l'écriture demande une formation à part entière. On y apprend à observer l'écriture, à en comprendre le fonctionnement, à traiter la cause du problème. Autrement dit, on y apprend d'abord voir l’écriture pour comprendre le geste d'écriture dans son ensemble et être capable d’analyser le fonctionnement de l'écriture à traiter. C'est ensuite qu'on y apprend à rééduquer. Ainsi, tandis qu’on risque d’attribuer une ligne mal tenue à une mauvaise volonté de l'enfant à qui on dit depuis longtemps "tiens ta ligne !", le rééducateur pourra y voir, selon les cas : *une mauvaise position de la main qui cache l'écriture, l'enfant ne voit donc pas la ligne, * un soulèvement du poignet qui rend instable le contact du stylo avec le papier, * un mauvais maniement du crayon qui induit directement cette mauvaise tenue de ligne car il nécessiterait un énorme effort permanent pour rectifier la trajectoire, * un cahier placé trop droit et trop près du corps, des coudes trop écartés, * des troubles visuels (qui ne seront pas de son ressort), * une difficulté de lecture (qui ne sera pas de son ressort). Autant de cas qui nécessitent une remédiation différente, voire l'intervention d'un autre professionnel. Par exemple, si le rééducateur soupçonne des troubles visuels, il suggèrera de consulter aussi un orthoptiste via un ophtalmologiste. S'il constate, sauf en début CP, que l'enfant tient sa ligne lorsqu'il écrit un texte connu et ne la tient plus lorsqu'il est obligé de recopier un texte, il pourra suggérer de consulter aussi un orthophoniste qui vérifiera les compétences en lecture.

 

Pour être efficace, l’écriture doit être facile à réaliser et facile à lire. Elle doit donc être claire, lisible et fluide.

La rééducation d’écriture concernent aussi bien les écritures

CE2 enfant précoce« chahutées » comme celle de cet enfant précoce (En deux séances l’écriture est déjà très nettement améliorée ; il reste à la parfaire mais c’est sur la bonne voie : elle n’est plus un handicap)

 

que les écritures lentes, comme celle de cette adolescente qui n’arrivait plus à prendre les cours, Lenteur(Avant rééducation l’écriture avait belle allure. Il s’agissait cependant plus d’un dessin de lettres que d’écriture : chaque soir l’adolescente était obligée de recopier les cours pris par une de ses amies car elle était incapable de suivre le rythme – pourtant normal – des enseignants.)

Mauvaise stratégie de déplacement de la main

ou que celles qui ont mauvaise allure ou dont la mauvaise stratégie dans le maniement du crayon finit par provoquer des douleurs dans le bras ou le dos.   (Avant rééducation l’enfant écrivait en faisant tourner son poignet. Sa ligne d’écriture suivait donc les mouvements du poignet et la dimension des lettres avait du mal à se stabiliser. Une simple rééducation de la stratégie de maniement du stylo a rectifié l’écriture en peu de séances)

Toutes ces rééducations ont été menées en peu de séances 3 à 5 maximum.

Autres exemples de rééducation – Ces exemples concernent exclusivement des   rééducations que j’ai faites moi-mêmeAttention : de nombreuses personnes me questionnant sur le sujet je précise que le  nom rééducation-écriture figurant dans l’angle inférieur droit de la page à laquelle renvoie ce lien est le nom de mon site en pages personnelles orange – que j’utilise peu maintenant. Ce nom m’a été emprunté sans mon avis et crée des confusions. (La date qui figure dans l’angle inférieur droit a été imposée par une restructuration des sites orange et ajoute à la confusion)

 

41 réflexions au sujet de « Questions sur la rééducation de l’écriture »

  1. Bonjour,

    J’aimerai savoir si le phénomène de lenteur nécessite obligatoirement une rééducation de l’écriture. En effet, étant enseignante débutante en CM2 je ne sais pas comment faire avec une de mes élèves qui est très lente ( dans la copie de leçon, dans les exercices…).
    Pour l’instant cela ne lui pose pas de problème car celle-ci est une excellente élève, mais j’ai peur que pour la suite sa lenteur devienne une source de difficulté.
    En vous remerciant,

    Virginie

    1. Bonjour,
      ce que vous décrivez là évoque une dysgraphie particulièrement gênante, celle de ceux qu’on nomme les lents et précis. L’écriture ayant bel aspect, l’élève étant appliqué, en général cette dysgraphie n’est pas reconnue comme telle par les enseignants et les parents et l’enfant souffre de cette situation qui lui crée un sentiment d’impuissance et le gêne dans sa scolarité. L’enfant étant en CM2 il devient urgent de l’adresser vers un rééducateur/une rééducatrice (voir les cartes de France sur la page  »A votre service »). Le mieux serait de profiter des vacances de février pour démarrer la rééducation. En général ce genre de problème se règle très vite. La rééducation devrait être terminée bien avant les vacances d’été.
      De nouvelles vidéos apparaissant sur Internet, j’édite pour ajouter qu’une rééducation ne se fait pas en groupe (même en donnant des tâches différentes aux enfants). Ce n’est pas un travail de répétiteur, c’est un travail de rééducateur, comme son nom l’indique. La rééducation ne consiste pas à demander à l’enfant de s’appliquer à reproduire des boucles ou autres formes en les scandant lentement (ou en demandant à l’enfant de les scander lentement). Un tel procédé accentuerait gravement la difficulté dont vous parlez.
      Bien cordialement
      Danièle Dumont

  2. Bonjour,

    Je viens de recevoir le cahier de rémédiation et je ne comprends pas le premier exercice… Il faut poser le poignet et suivre les traits en pliant et dépliant les doigts. Je dois l’expliquer à mon fils mais moi même je ne vois pas du tout comment faire, je pose le poignet et ensuite avec mon index je suis les traits mais je n’utilise qu’un doigt et je ne le plie pas vraiment…
    J’habite en Belgique, à Bruxelles et je n’arrive pas à trouver les coordonnées d’une rééducatrice qui suive votre méthode pour mon fils qui vient de terminer le Ce2 (3ème primaire). Il a été suivi cette années par une graphotérapeuthe mais je trouve que son écriture est encore plus « brouillonne » qu’avant et il écrit toujours extrèemement lentement (il n’arrive jamais à terminer les dictées à temps, ni même à recopier ce que l’institutrice écrit au tableau).
    De plus en août je pars faire un tour du monde pendant 1 an avec lui et je serai donc seule à lui faire la classe.

    Merci d’avance pour votre très précieuse aide.

    Merci d’avance et bonne journée,

    Marianne

    1. Bonjour Marianne,
      Tous les exercices se font au crayon ou au stylo. Donc, il s’agit de repasser avec un crayon et le déplaçant d’un mouvement des doigts (et non d’un mouvement de l’épaule comme on le voit trop souvent).
      Avant de partir je vous suggère de voir Nathalie WITTEK à 59370 MONS EN BAROEUL Tél 06 61 29 31 79. Essayez de prendre rendez-vous le plus tôt possible pour qu’elle l’ait vu deux fois avant votre départ afin de vous mettre sur les rails pour votre périple. En général la lenteur se rééduque bien.
      Je forme à la compréhension de l’écriture et de sa mise en œuvre et, sur cette base-là, à la pédagogie ou à la rééducation de l’écriture. C’est cette compréhension qui permet d’éviter les erreurs dont votre fils a été victime. Cela dit, bien entendu pour que la rééducation fonctionne il faut que l’enfant fasse les exercices qui lui sont demandés, tels qu’ils ont été demandés, sans en enlever ni en rajouter.
      je vous souhaite un bel été.
      Danièle Dumont

  3. Bonjour,
    Enseignante depuis plus de15 ans en maternelle, je suis actuellement dans une démarche de reconversion suite à une maladie invalidante.
    Ayant toujours éprouvé des difficultés pour trouver une remédiation au problème d’apprentissage de l’écriture j’ai été interpellée par votre méthode et votre formation. Mais évidemment je pose des questions sur la mise en œuvre de cette fonction. Appartenons nous toujours à l’éducation nationale une fois le diplôme en poche, et comment se passe la recherche de « poste » ou travaillons en libéral. Dans ce cas quel salaire peut-on espérer recevoir?
    Merci
    stephanie

    1. Bonjour
      Désolée pour ma réponse tardive.
      Je conseille toujours de coupler la rééducation de l’écriture avec soit une autre activité de remédiation soit avec une fonction d’enseignante (voir ma réponse à Valérie ici commentaire du 27 septembre) ou avec une retraite d’enseignante. Si vous continuez à enseigner, il vous faudra une autorisation de votre inspection. Comme vous n’êtes pas déjà dans la remédiation, il vous faut le temps de vous installer, mais nous en parlerons au cours de la formation si vous vous inscrivez.
      Il vous faut toutefois savoir que, hors cas pathologique grave, une rééducation demande peu de séances. Les cas pathologiques graves sont traités par des rééducateurs ou rééducatrices qui sont par ailleurs ergothérapeutes, psychomotricien etc. J’insiste beaucoup auprès des personnes que je forme pour que les rééducations commencent dès la 1ère séance et, sauf nécessité due à un cas spécifique, qu’elles ne consacrent pas une séance entière à faire un test puis établir un bilan onéreux alors qu’il leur faut peu de temps pour faire les mêmes observations (sauf test de latéralité) et voir à coup sûr le problème afin de le traiter.
      Certes il s’agit d’une activité rémunérée, mais j’attache beaucoup de prix à ce que tout soit mis en œuvre pour que le coût ne soit pas une barrière infranchissable à l’accès à la rééducation. Cela signifie que les revenus à en tirer resteront modestes surtout au début.

  4. Bonjour, je suis un peu perdue
    Mon fils est en CE2, il fait beaucoup de fautes en recopiant un texte tout simple de quelques lignes. Je pense que cela est du à on écriture. Il est très tendu losqu’il écrit, il m’a dit lui même qu’il tremble et qu’il est crispé mais il ne sait pas pourquoi. Déjà en CE1 je lui avais donné un criterium au lieu d’un crayon à papier car il appuyait énormément dessus. J’avais lu ça sur des sites sur internet afin qu’il gère mieux sa force. Je sens qu’il a des difficultés pour écrire car j’ai beau lui dire comment se positionner, comment placer son bras, ses cahiers ….rien n’y fait ! On sent comme une crispation, peut-être même une certaine peur ..
    Auriez-vous des conseils ou quelqu’un à me conseiller ?
    J’habite dans le val d’oise
    Merci beaucoup
    Veronique

    1. Bonjour Véronique,
      Merci pour votre confiance.
      Mon premier conseil est de ne pas croire tout ce qui est publié sur Internet. De nombreux conseils donnés sur le site auquel vous faites allusion – si c’est celui auquel je pense – conduisent au type de résultat que vous obtenez, parfois il s’agit de classes entières!
      Conseiller de donner un critérium pour ceux qui appuient, c’est méconnaître non seulement l’ensemble du geste d’écriture mais aussi la relation entre la psychologie de l’enfant et son écriture. C’est aussi faire violence à l’enfant : dès qu’il appuie trop la mine casse. Non seulement cette technique ne résout pas le problème mais encore elle ajoute du stress et un sentiment de culpabilité (culpabilité de ne pas y arriver malgré tous les efforts que fait maman pour aider).
      Un critérium est vraiment le dernier des outils à donner à un enfant pour apprendre à écrire ! Votre fils est tendu, il tremble, il est crispé, quoi de plus normal puisque le conseil que vous avez reçu ajouter du stress à la difficulté. De plus, si vous essayez de reprendre son écriture à partir des conseils qui sont donnés sur le même site en matière de position du bras, je comprends que vous n’y arriviez pas ; ça va même être pire.
      J’ai de nombreux mauvais retours de ces lectures mais je conçois bien que de ne pas vous sentir seule n’allège pas votre problème. Je conçois aussi qu’il est difficile de faire un tri, on va généralement au plus alléchant, ce qui est naturel.

      Donc, je vous suggère premièrement d’abandonner le critérium et de faire choisir à votre fils le crayon qui lui conviendra, de même pour le stylo-bille et le stylo plume (qu’il prenne son temps d’essayer la mine, la plume et la bille – mais qu’il ne prenne pas un stylo trop gros – ni trop fin – ni avec un emplacement pour les doigts) et de voir au plus tôt de ma part l’une des rééducatrices suivantes.
      75013 PARIS Cécile HOUCHOIS, Tél. 06 84 98 43 32
      75016 PARIS Aude FRIXONS, Tél. 06 03 89 45 25
      75019 PARIS Diane DE BAYSER Tél. 06 64 31 17 92
      78680 EPÔNE Laurence BORIE 06 67 65 32 54
      91450 SOISY/SEINE Bénédicte VIAC Tél. 06 16 82 47 75
      91700 Ste-GENEVIEVE-DES-BOIS Béatrice LAVERGNE Tél 06 18 28 65 51
      94470 BOISSY-ST-LEGER Alexandra KOMANIECKI Tél. 06-88-55-81-21

      Elle devrait pouvoir régler le problème rapidement, voire très rapidement. Vous voudrez bien me tenir au courant ?

      Bien cordialement … et rassurez votre fils, on va le sortir de là 🙂

      Danièle Dumont

  5. Bonjour,

    Je travaille au Gabon et mon fils est scolarisé en 6ème au lycée français. Il a toujours été mal à l’aise avec la tenue de son stylo, il est gaucher, il est souvent mécontent de l’aspect de son écriture. Même si elle est lisible elle n’est pas fluide et elle lui demande beaucoup d’efforts. J’ai longtemps pensé que ça s’arrangerait en grandissant. Finalement je me rends compte que l’énergie et la concentration qu’il emploie à écrire l’empêche de réfléchir et de se relire. Il fait beaucoup d »erreurs d’orthographe. Je ne pense pas trouver un spécialiste ici mais est-ce que quelques séances pendant les congés de noël ou d’été pourraient l’aider? Si ou avez-vous quelqu’un à me recommander dans la Marne (Reims/Châlons)?
    Merci infiniment.

    1. Bonsoir
      A part les personnes d’un département limitrophe dont vous trouverez les coordonnées ici, je vous suggère de voir avec Aude FRIXONS, Tél. 06 03 89 45 25, il n’est pas impossible qu’elle soit dans la région à cette période. Bien cordialement
      Danièle Dumont

  6. Bonjour
    Je suis dans un profond désarroi et une grande incompréhension face à ma grande difficulté a écrire. Adulte ayant fait des études à la fac et écrit des pages et des pages je n arrive plus depuis quelques temps à tenir mon crayon pour écrire ( je ne sais plus comment le tenir ) j’ai fait des examens ( neurologiques , scanner ..) qui n ont révélé aucun soucis .. Mon médecin m’a parlé de la crampe de l écrivain ??
    Je vis très mal cette situation j’ai lu vos différents textes et articles sur internet
    Pensée vous qu un rééducateur pourrait m aider ?
    Je vous remercie par avance de l attention que vous porterez à ma demande

    1. Bonjour,
      Très vraisemblablement votre tenue et/ou votre maniement de stylo devait être défectueux. Un rééducateur formé à mon école et qui suit l’enseignement reçu* est à même de vous aider. La liste des rééducateurs et rééducatrices est sur mon site. Elle va bientôt être complétée de la promotion qui vient de terminer sa formation. Dites-moi où vous êtes, je vous dirigerai au mieux. Ni votre nom ni votre lieu de résidence ne seront publiés, je vous répondrai par mail.
      (*je suis dans l’obligation de le préciser car quatre se sont groupées pour refuser d’intégrer le principe qui fait la base de la formation – bien que leurs sites prétendent s’y référer – et ont refusé la formation continue indispensable à toute profession ; donc je ne les cautionne pas. Bien sûr, leur nom ne figure pas sur la liste).
      Bien cordialement
      Danièle Dumont

      1. Bonjour Danièle
        Merci beaucoup pour votre réponse et la rapidité de celle ci qui me redonne de l espoir .. » Un reeducateur ( triche) peut m aider  »
        J habite à (…) je comprends que vous souhaitez m orienter vers des personnes qui ont reçu la formation et j’ai moi aussi le souhait d être suivit par un professionnel qualifié et formé
        Cordialement

      2. Bonjour Danièle
        Merci beaucoup pour votre réponse qui me redonne un peu d’espoir
        Je ne sais pas du vous avez reçu mon deuxième message vous donnant mes coordonnés ?
        J habite à (…)
        Merci de votre aide dans ma recherche d un reeducateur d écriture
        Bien cordialement

        J’ai consulté votre site pour

  7. Bonsoir,

    Enseignant au Collège, je cherche des coordonnées d’un spécialiste pour réapprendre à un élève à écrire correctement : en effet, il écrit -objectivement- mal mais surtout est lent et se plaint de douleurs lorsqu’il écrit (pourtant, Dieu sait qu’on écrit plus beaucoup aujourd’hui en Sixième !)

    Dans l’attente d’une réponse,

    1. Bonjour,
      Ce que vous décrivez évoque la dysgraphie des lents et précis. C’est assez facile à rééduquer. Vous trouverez ici la liste des rééducateurs et rééducatrices formé-e-s à ma méthode et qui l’exercent en direction du public avec sérieux et compétence. Cette liste sera complétée d’ici quelques jours.
      Cordialement

  8. Bonsoir !
    Je fais des recherches afin d ameliorer mon ecriture.
    En effet, j ai toujours eu du mal a ecrire avec des douleurs au poignet, au bras.
    Je reflechissais beaucoup a comment ecrire mes lettres, et sur certaines lettres comme le b -p, le b-d, le p-d, et je ne vous dit pas avec le q.
    J ai beaucoup lu ce qui m a aider pour me souvenir des lettres difficiles.
    Malheureusement la lisibilite n est pas vraiment la malgre cette derniere annee a avoir pris le stylos bille et le crayon a papiers pour prendre notes des que possible.
    J ai maintenant 35 ans et je veux montrer a ma fille qui a le soucis de mal ecrire aussi (qui avait recu des cours a l ecole pour travailler son ecriture a la plume, dois je lui prendre un stylo plume pour l aider a noter ses cours ? Elle est en 6eme. A cote de cela c est une jeune fille tres bonne eleve d une nature curieuse et imaginative et parfois trop dans la perfection de tout) que c est possible d avoir des notes lisibles par tous et par soi meme et de prendre plaisir a reprendre ses notes.
    Je suis en gironde. Je n ai malheureusement pas vu de reeducateurs (trices) dans ce departement, que puis je faire pour remplir mon objectif d ameliorer mon ecriture ?
    Merci en tout cas pour votre site !
    Lerina

    1. Bonjour,
      si vous souffrez en écrivant c’est très vraisemblablement que votre tenue et/ou votre maniement de crayon n’est/ne sont pas adapté-s. Ce n’est pas une question de formation des lettres.
      Je vous conseille de voir, aussi bien pour vous-même que pour votre fille, avec Pascal Jachna qui est à Saint-Brice en Charentes. L’espacement des séances relativise la distance.
      Cordialement

    1. Bonjour,
      La durée d’une séance de rééducation est variable. Il ne s’agit pas d’un travail de répétiteur mais bien d’un travail de rééducateur. Le répétiteur, c’est ce qu’on voit sur certaines vidéos où les enfants sont à plusieurs dans une même salle. Une vraie rééducation ne peut se faire qu’en situation duelle. La séance ne consiste pas à « faire faire des exercices » mais à mettre au point la stratégie de rééducation autrement dit à mettre au point les exercices qui, refaits ensuite chaque jour à la maison, permettront une amélioration de l’écriture. Donc, disons entre 10 minutes et une demi-heure.
      je réponds en même temps à votre deuxième question : de combien de temps sont-elles espacées ? Les deux premières d’une semaine pour s’assurer que l’enfant a bien compris le principe et adhère. Ensuite généralement 3 semaines. Dans certains cas ça peut être 2, dans d’autres 4, voire 5. Une rééducation s’adapte toujours au cas ; elle n’est pas figée.
      Cordialement
      Danièle Dumont

  9. Bonjour,
    J’aurais besoin d’un renseignement.
    Ma fille a 4 ans et demi, en MS. Il y a quelques semaines, je me suis aperçu qu’elle tenait mal son crayon ( le pouce « passe par-dessus »). J’ai alors vu la maîtresse en lui disant « ma fille, elle ne tient pas mal son stylo ? ». Ce à quoi elle a répondu : « si ! et c’est trop tard pour faire quelque chose, c’est pas grave, cela ne la gênera pas plus tard ». Depuis, je suis inquiète et en colère ! Comment puis-je aider ma fille. Quel cahier parmi ceux que vous proposez serait le plus adapté ?
    Merci d’avance.

  10. Bonjour, mon fils a 9 ans 1/2 et est en CM1. Il a toujours eu de la crispation dans l’écriture au point qu’il en a mal au poignet. De plus quand il écrit sa bouche se tort dans tt les sens comme si c’était source de douleurs.
    Que faire pour l’aider ? car je m’inquiète pour la 6 eme où le rythme sera plus rapide.
    Merci

    1. Bonjour,
      Compte tenu de la syncinésie que vous évoquez (la bouche de votre enfant se tort quand il écrit, ce serait sans doute mieux qu’il voit une rééducatrice étant également psychomotricienne ou ergothérapeute. Voyez dans la liste s’il y en a une non loin de chez vous. Je vous envoie un message sur votre messagerie.
      Cordialement

  11. Bonjour,
    j’ai lu votre article et je l’ai trouvé très intéressant.
    Je suis une étudiante de 19 ans.
    Depuis le collège, tout le monde me parle que j’ai un problème de lenteur. Sans me dire comment faire, on m’a rabâché les oreilles que je devrais travailler dessus et aller plus vite.
    On m’ a aussi parlé du fait que ma façon de tenir un stylo était mauvaise et que la pression que je mettais sur le stylo et mon poignet gauche, était trop forte.
    De plus, plus le rythme accélére , plus j’ai l’impression de manquer d’air, comme si je courrais.
    Alors, j’ai tenté de m’améliorer en me concentrant le maximun et en tentant d’écrire le plus vite possible. La qualité a augmenté mais la rapidité n’a presque pas changé.
    L’aide de mes amies m’a permis de suivre les cours mais j’ai toujours 1 ou 2 tableaux de retard.
    On m’a dit de prendre des notes mais c’est déjà le cas et je n’arrive presque plus à suivre les cours, à ce niveau d’études.
    Je sais qu’un des mes anciens amis utilisait un ordinateur pour les cours mais même sur un ordinateur, je suis trop lente par rapport au rythme des cours.
    Auriez-vous des conseils à me donner? Que faire, quand on est un adulte?
    Cordialement.

    1. Bonjour,
      Rien n’est jamais perdu, surtout à 19 ans. Sauf cas pathologique spécifique – ce que vous n’évoquez pas – les problèmes de vitesse d’écriture se rééduquent très bien et en peu de temps. Je vous conseille de prendre contact avec une rééducatrice ou un rééducateur du geste d’écriture dont vous trouverez la liste ici .
      Attention aux contrefaçons.
      Cordialement

  12. Bonjour Danièle,
    Comme l’indique le message de Magalie du 2 novembre 2015, voici de nombreuses années que je suis très gêné dans le geste d’écrire, ne sentant plus très bien mon crayon; les symptômes ressemblent beaucoup à ce que l’on nomme la crampe de l’écrivain et sont souvent amplifiés par le mental. Après avoir effectué un électromiogramme qui ne montre pas de souci majeur, je suis de plus en plus convaincu qu’une rééducation me ferait le plus grand bien. Qui puis-je contacter sur la région d’Angers (49) ?
    Merci par avance pour vos conseils et indications.

    1. Bonjour,
      Je vous conseille de voir Stéphanie LEPRETRE à VILLEPOT (44110) Tél. 06 59 94 71 05
      Suivez bien toutes les consignes qu’elle vous donnera ; la crampe n’étant pas encore complètement installée puisque vous parlez de gêne mais pas d’impossibilité, Stéphanie devrait pouvoir vous tirer de ce mauvais pas.
      Bien cordialement
      Danièle Dumont

  13. Bonsoir , je suis la maman d’un petit garçon qui aura bientôt 7 ans, il écrivait de la main gauche,Il est au CP et l’écriture est lente , grosse laborieuse et peu lisible .Suite à un bilan en ergothérapie qui a révélé des praxies fines très faibles sur la main gauche et bonne sur la main droite, nous entamons une relatéralisation sur la main droite , il a aussi une rééducation en orthoptie sur le balayage du regard. Est- ce que de la rééducation en écriture peut lui être utile sachant que cela ne fait que trois semaines qu’il écrit de la main droite et que l’ergothérapeute n’a pas encore attaqué la motricité fine ?

    1. Bonjour,
      Tout d’abord je suis désolée de vous répondre aussi tardivement. Je suis surprise que vous me disiez que l’enfant écrit de la main droite alors qu’il n’a pas encore commencé les exercices de motricité fine. Je vous suggère de vous rapprocher de l’une des rééducatrice / l’un des rééducateurs formés à ma méthode pour envisager la suite à donner au problème de votre fils. Vous en trouverez la liste ici.

  14. Bonjour,
    Enseignante, je m’occupe d’un jeune garçon de 9 ans qui a une dysgraphie significative ( cabossages des oves, pas d’écriture sur les lignes, mouvement saccadé) mais cette dysgraphie est aléatoire. Il peut très bien écrire et le même jour rendre un « torchon » ! Je pressens une précocité cependant ses parents refusent le test. J’ai essayé de travailler avec lui la tenue du crayon ( très difficile pour lui), la position de la feuille, la respiration car épaules contractées. rien n’y fait. Il n’aime pas le dessin et quand je lui demande de travailler en geste continu les ronds, j’ai le sentiment que cela empire sa graphie et je ne voudrai pas le braquer…. Que puis-je faire ? Avez-vous des cahiers autre que celui de remédiation que je possède déjà ? D’avance merci

  15. Bonjour, enseignant en CM2, j’ai une élève qui tient son stylo en utilisant tous ses doigts avec le pouce en opposition. De ce fait elle a une écriture peu académique et qui suit la ligne de façon très aléatoire. Malgré cela ,elle ne semble pas dérangée d’un point de vue physiologique, mais à la lecture de vos travaux, je crains que cela ne devienne un problème.
    Quelles solutions s’offre à moi afin de rectifier sa façon d’écrire, suis-je obligé de faire appel à un rééducateur en écriture? Si oui, en existent-ils en Nouvelle-Calédonie?
    Cordialement.

    1. Bonjour,
      oui, effectivement c’est problématique et vous avez remarqué vous même que sa tenue de ligne est aléatoire, la dimension de son écriture peut aussi être très variable d’une lettre à l’autre et surtout le risque de crampe est à craindre.
      Oui, vous avez une rééducatrice méthode Dumont en Nouvelle-Calédonie. Voyez ici

  16. Bonjour,

    Nous sommes de la basse normandie et mon fils de 6 ans et demi vient de terminer son cp. Il écrit très mal et cette tâche lui demande beaucoup d’énergie et le fatigue énormément. Son écriture est illisible surtout en expression écrite. Il est déjà suivi par une psychomotricienne depuis un peu plus d’1 an qui lui a d’abord fait travailler la motricité fine puis l’écriture mais son écriture n’est pas automatisé. il mélange le script avec le cursif et il ne respecte pas la hauteur des lettres. Il écrit également ses chiffres à l’envers. Il y a une suspicion de dyspraxie. une rééducation en écriture peut-elle être utile dans ce cas? Connaissez-vous un(e) rééducateur(rice) formé(e) avec votre méthode dans notre région ?

    1. Bonjour,
      sauf si votre fils a des problèmes pathologiques et qu’il n’arrive pas à lacer ses chaussures, à s’habiller seul, à manipuler normalement ses jouets, il n’y a aucune raison pour s’inquiéter d’une éventuelle dyspraxie. La description que vous faites est celle de l’écriture d’un enfant qui n’a tout simplement pas vraiment appris à écrire. Je demande à la personne qui devrait être la plus proche de chez vous si elle est disponible actuellement de façon à ce que votre fils entre en CE1 avec une écriture nettement améliorée. En attendant jouez avec lui à ce que j’appelle « le pingpong des bouchons ». Vous vous installez à une table, face à face, et vous vous envoyez un bouchon de bouteille de lait posé sur la table en le propulsant avec le majeur (un peu comme on joue aux billes) afin qu’il glisse sur la table jusqu’au joueur en face, lequel le renverra de la même façon sans le toucher autrement qu’avec le dessus de l’ongle. L’avant-bras, la main et le poignet sont toujours en contact avec la table. Pour la 1ère manche du jeu on envoie, donc, le bouchon d’une pichenette du majeur (ou chiquenaude ou pichenaude selon le mot que vous employez) , pour la 2ème manche on l’envoie de la même façon avec l’index. Le bras étant toujours posé sur la table.

      1. Bonjour, je vous remercie de votre réponse rapide. Cependant, mon fils a eu beaucoup de mal avec l’habillage même si maintenant, il y arrive et il ne sait pas encore faire ses lacets. Il a une faiblesse musculaire dans la main. La motricité fine est un gros problème pour lui mais peut être que la rééducation en écriture pourrait lui être bénéfique.

        1. Bonjour,
          Donc votre fils a effectivement un problème moteur. Le mieux serait alors de voir une ergothérapeute formée à la méthode Dumont. Je vous conseillerais de voir Carole Henriot. Certes elle est loin de chez vous mais, sauf les deux premières, les séances sont espacées de trois semaines. Cela laisse le temps de bien acquérir les compétences mises en place pendant les séances et le nombre de séances n’aura rien à voir avec ce que vous avez déjà fait. Carole vous dira dès le premier rendez-vous ce qu’elle en pense. En attendant le rendez-vous vous pouvez jouer au pingpong comme je vous l’ai indiqué mais aussi faire faire la brouette à votre fils pour contribuer à tonifier sa main. Inutile de lui dire que tout cela concerne son écriture, vous le lui direz quand ce sera fini. Son téléphone : 06 29 75 42 62 Vous la trouverez ici http://reeducateurs-ecriture-daniele-dumont.com/trouver-un-reeducateur-en-ecriture dans le Grand Est, elle est à Hagueneau.
          Bonne fin de journée

  17. Bonsoir, ma fille de 8 ans en CE2 est très crispée sur ses stylos. Elle referme les doigts fort dessus, relâche de temps en temps car elle a mal. Les BIC sont trop fins, j’avais pensé lui acheter des « guides » pour ses doigts mais je pense qu’une rééducation serait préférable. Je suis en Indre et Loire. Qu’en pensez-vous? merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *